Marie, mère des humbles et des petits 

Marie, mère des humbles et des petits 

La Vierge en rouge - Roger van der Weyden - Prado Madrid
La Vierge en rouge – Roger van der Weyden – Prado Madrid

En cette journée mondiale de la paix, bonne et heureuse Année 2021 à tous nos Amis et Associés de la Médaille Miraculeuse qui viennent sur notre site.

Marie est là simplement qui sourit sur le seuil de nos âmes. Elle n’est pas de ce monde et cependant se mêle à la plupart de nos agitations. Elle sait que ses mouvements les plus simples feront naître autour d’elle quelque chose d’immortel. Mais pourquoi en sommes-nous avares et pourquoi craignons-nous d’épuiser le ciel qui est en nous ?

Nous n’osons pas agir selon le Dieu qui nous anime. Nous redoutons ce qui ne s’explique pas par un geste ou un mot ; et nous fermons les yeux sur ce que nous faisons malgré nous dans l’empire où les explications sont superflues.

D’où vient donc la timidité du divin dans les hommes ? On dirait vraiment que plus un mouvement de l’âme s’approche du divin, plus nous mettons de soin à le dissimuler aux regards de nos frères. Tout ce qui n’appartient pas à ce monde trop visible a l’humilité tendre de l’enfant infirme que sa mère n’appelle pas lorsque des étrangers entrent dans la maison.

Et c’est pourquoi, notre bonté secrète peine à franchir les portes silencieuses de notre âme. Il suffit que Marie soit là. Dès qu’elle lève la tête ou qu’elle ouvre ses mains, la prison s’illumine, les soupiraux s’entrouvrent à la pression de son rayonnement.

Ce n’est pas une chose qui vient de notre terre. Elle a besoin de rechercher quelque partie dans la douleur d’autrui pour que germent des graines qui produisent de bonnes fleurs et des fruits salutaires.

Marie nous enseigne qu’aimer, ce n’est pas seulement avoir pitié, se sacrifier intérieurement, vouloir aider et rendre heureux, c’est plus profond que les mots humains les plus suaves, les plus agiles et les plus forts. Y-a t- il dans cet amour une force à laquelle rien ne peut résister ? Si nous lui permettions de sourire dans son silence et sa lumière, nous vivrions déjà d’une vie éternelle. ■

P. Jean-Daniel Planchot, cm

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

Lire aussi : Marie et le trésor de notre foi