La Mère du Rédempteur

Dans le système dogmatique de l’Église catholique, la Mère du Christ apparaît à côté du Christ, le nouvel Adam, non seulement en tant que terre vivante, dont il est formé, mais elle entre également au premier plan en tant que nouvelle Ève, c’est-à-dire comme personne liée au Christ par la communication la plus intime et la plus vivante, et qui, en et par lui, préside l’univers tout entier, comme Ève avec Adam a présidé le monde terrestre.

Avec le Christ, elle constitue la pierre angulaire, la racine ainsi que la couronne de l’ordre surnaturel et, par son activité, elle participe pleinement à son œuvre de rédemption… La mère du Rédempteur est le premier et le plus parfait fruit de la rédemption, à travers la richesse personnelle de sa vie surnaturelle et à travers son activité.

En ce qui concerne sa dignité, sa vertu et son activité, elle préfigure la grâce de rédemption, qui sera distribuée à tous les autres rachetés. En d’autres termes, Marie, la mère spirituelle de chaque âme rachetée et de l’Église dans son ensemble, est à la fois le modèle de la filiation divine de la grâce des rachetés et de la maternité céleste de l’Église…

À propos de la place de Marie dans le plan divin du monde, notons ce que dit saint Bernard :
D’une manière substantielle, le Christ effectua le salut au centre de la terre, nommément en la Vierge Marie, appelée centre de la terre en raison de ses caractéristiques extraordinaires.

Car, vers elle, regardent, comme le centre, comme l’autel de Dieu, comme la cause des choses, et comme l’économie des siècles, ceux qui sont au paradis, ceux qui sont en enfer et ceux qui nous ont précédés, et ceux qui sont maintenant et ceux qui suivront : ceux qui sont dans les cieux pour être restaurés, ceux qui sont en enfer afin qu’ils soient libérés ; ceux qui sont passés avant nous pour être trouvés fidèles, et ceux qui suivent pour être glorifiés.

Toutes les générations appelleront bienheureuse la Mère de Dieu, la Maîtresse du Monde, la Reine du Ciel qui a donné vie et gloire à toutes les générations. Car en elle les anges trouvent la joie, la juste grâce et les pécheurs le pardon. À bon droit, les yeux de toutes les créatures se tournent vers elle, car en elle et par elle la main bénigne de Dieu a recréé ce qu’il avait créé.

Matthias Joseph Scheeben