MOIS DU ROSAIRE – jour 17 – La dévotion du Rosaire enrichie de l’indulgence et de précieux privilèges (suite)

MOIS DU ROSAIRE – jour 17 – La dévotion du Rosaire enrichie de l’indulgence et de précieux privilèges (suite)

Prier en équipes du Rosaire
Prier en équipes du Rosaire

Après avoir achevé aujourd’hui la nomenclature des faveurs spirituelles accordées aux Confréries du Rosaire, nous nous instruirons sur la doctrine de l’indulgence, afin qu’en en comprenant mieux l’importance et l’utilité, nous pratiquions la dévotion du rosaire dans l’esprit qui doit animer ceux qui le pratiquent.

L’indulgence plénière est propre et applicable aux  moribonds ou agonisants, pour tous ceux qui récitent le rosaire dans le courant de la semaine.

Une indulgence plénière à ceux qui auront reçu les sacrements de Pénitence et d’Eucharistie dans le cours de leur maladie.

Une indulgence plénière à  ceux qui, contrits, s’étant confessés ou résolus de se confesser, mourront tenant le rosaire ou le chapelet, pourvu qu’ils aient récité le rosaire au moins une fois avant leur mort.

Une indulgence plénière à ceux qui, confessés et communié, invoqueront, à l’article de la mort, le saint Nom de Jésus, au moins de cœur, et donneront quelque signe de contrition.

Une indulgence plénière à ceux qui, à l’article de la mort, ayant reçu les sacrements de l’Église, et fait leur profession de foi, réciteront le Salve Regina pour se recommander à la sainte Vierge.

Il résulte que les fidèles ont à réciter le Rosaire une fois par semaine en un ou plusieurs jours, ayant soin de méditer les vingt Mystères que nous connaissons e,t si possible, s’être confessés et avoir communié.

Le plus simple est d’avoir l’intention, en pratiquant la dévotion du Rosaire, de recueillir l’indulgence. Il est aussi conseillé d’en faire l’application aux âmes du purgatoire: rien de plus louable ni de plus digne de la charité chrétienne.

Nous pouvons sans doute maintenant conclure que la dévotion du Rosaire est très excellente, puisqu’elle jouit de tant de faveurs et de l’indulgence de l’Église; qu’elle réunit tous les autres titres et caractères d’une solide dévotion; et que tout concourt pour la faire apprécier dans l’univers entier.

Que cette dévotion soir pratiquée chaque jour avec plus de ferveur, parce que, malgré l’affaiblissement de la foi, on remarque parmi les fidèles une sainte avidité pour recueillir l’indulgence, et que ces faveurs spirituelles contribuent singulièrement à nourrir la piété.

Les fidèles n’ignorent pas qu’il est infiniment important pour nous de faire pénitence de nos péchés en cette vie et par suite d’obtenir l’indulgence, parce que les peines du purgatoire où l’on ne peut plus mériter, sont bien autres que celles qu’on peut endurer sur la terre.

Le trésor de l’Église se compose des mérites surabondants de Jésus-Christ, de la Sainte Vierge et des Saints, qui, n’ayant pas eu d’application, sont comme en dépôt dans le sein de la Miséricorde et de la Justice de Dieu, pour purifier, sanctifier et enrichir ceux qui ont le bonheur d’en connaître le prix et de se les approprier, en remplissant les conditions qui nous sont imposées.

Or, c’est en puisant dans ce précieux trésor que l’Église remet les péchés, par l’absolution qui les efface et justifie le pécheur devant Dieu, en imposant des pénitences satisfactoires, et en faisant l’application des satisfactions surabondantes de Jésus-Christ et des Saints par l’ indulgence.

Chaque fidèle peut sans doute puiser dans le trésor de l’Église et se faire l’application des mérites de Jésus-Christ par des prières particulières, des jeûnes, des aumônes et d’autres bonnes œuvres. C’est ce que Saint Paul appelait accomplir dans sa chair ce qui manque aux souffrances de Jésus-Christ.

Nous pouvons à l’exemple de l’Apôtre, nous faire sans relâche cette application en demeurant unis à Jésus-Christ, en imitant ses vertus, en vivant de Son Esprit; mais cette application sera toujours plus sûre, plus parfaite, plus efficace quand elle nous sera faite au nom de l’Église et en employant les paroles, les pratiques auxquelles elle a attaché une application privilégiée des mérites de notre Divin Sauveur.

Mais, dira-t-on peut-être, comment se persuader qu’une courte prière, une petite pratique de piété puisse compenser une pénitence de plusieurs années, par le moyen de l’indulgence ? Il Faut répondre que les grâces les plus précieuses et les plus abondantes sont attachées, dans la religion, à des prières et à des pratiques en apparence fort légères. Nous en trouvons la preuve dans les effets du baptême, de la confirmation, de la pénitence, des paroles de la consécration, etc.

Nous sommes trop petits pour être capables de faire de grandes choses, et c’est pour cela, sans doute, que notre divin Maître a voulu ennoblir et diviniser même les plus petites choses, pourvu qu’elles soient faites en son nom et pour l’amour de lui, afin de les rendre dignes de la récompense éternelle qu’il nous prépare. «Celui qui donne un verre d’eau en Mon Nom, dit Jésus-Christ, ne sera pas sans récompense.» (Saint Marc, 9, 40)

Résolution

Si, d’un côté, l’indulgence accordée à la récitation du Rosaire, surtout aux membres des confréries ou équipes de Notre Dame du Rosaire, est multipliée et facile à recueillir, nous devons craindre, de l’autre, de ne pas la recueillir, du moins en entier, à cause du peu de disposition intérieure et d’esprit de pénitence que nous apportons en pratiquant cette dévotion.

Prenons donc la résolution de faire en sorte que cette indulgence contribue à nourrir en nous la piété et l’esprit de pénitence, but que l’Église se propose en l’accordant, et qui a été celui de Saint Dominique en établissant cette pratique après y avoir été porté par la Sainte Vierge.

Prière

Plus nous apprenons à connaître l’intention de l’Église dans la concession de l’indulgence, plus nous apprécions, Seigneur, l’ineffable faveur que tu as faite à tes serviteurs et servantes par l’institution du Rosaire et des privilèges que tu as inspiré à ton Église d’attacher à cette belle et sainte pratique de dévotion.

Trop longtemps, Seigneur, nous l’avons négligée; ou nous l’avons du moins remplie sans en connaître l’excellence; il n’en sera plus ainsi désormais; nous l’espérons de ta divine grâce et par l’intercession de Marie. Ainsi soit-il.