MOIS DU ROSAIRE – jour 2 – De la dévotion du Rosaire.

MOIS DU ROSAIRE – jour 2 – De la dévotion du Rosaire.

mois du Rosaire 01
mois du Rosaire 01

Quoique la dévotion envers la glorieuse Vierge Marie doive être recommandée en général à tous les chrétiens, comme un puissant secours pour mener une vie plus sainte, comme un moyen de trouver plus d’accès auprès de Dieu, on peut dire qu’entre toutes les pratiques de dévotion inspirées aux fidèles par I‘Esprit-Saint pour rendre à la Mère de Dieu le culte qui lui est dû, celle de réciter le rosaire avec les sentiments conformes au but de son institution, est l’une des plus authentiques et des plus agréables à la sainte Vierge. Aussi trouve-t-on peu de personnes recommandables par leur sainteté qui n’aient été zélées pour cette solide dévotion.

Avez-vous le même bonheur ? Si vous avez l’avantage de connaître l’excellence de la dévotion du Rosaire, et si, étant ou non dans une association ou équipe formée en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire, vous honorez votre bonne Mère par ce tribut quotidien ou hebdomadaire de louanges, nous vous en félicitons, parce que nous sommes convaincus avec l’Église que ce sera pour vous une source de bénédiction et de salut dans le cours de votre vie et à l’heure de votre mort.

Si vous négligez cette pratique de dévotion, si vous n’en connaissez pas l’utilité, oh ! prenez, nous vous en conjurons, prenez la résolution de consacrer ce mois à méditer attentivement ce que nous allons tâcher de recueillir sur cette dévotion que les fidèles de nos jours n’apprécient plus en général comme elle mérite d’être appréciée, et par suite ne la pratiquent plus avec l’esprit, les dispositions qu’elle exige.

Pourquoi le mois d’octobre pour présenter des considérations sur la dévotion du Rosaire ? Parce que le 7 de ce mois l’Église célèbre la fête solennelle du saint Rosaire.

Plus une dévotion est générale et populaire, plus elle doit nous paraître sainte et divine. Par dévotions populaires, on ne peut entendre que celles qui sont plus répandues dans toute l’Église, et honorées du suffrage et des faveurs du saint Siège ; parce que les dévotions approuvées par le chef visible de l’Église sont vraies, solides et conformes à la foi. De là, les dévotions populaires ne sont pas les dévotions propres uniquement au peuple, mais celles qui, si universellement répandues, sont plus accessibles à tous.

Cependant il en est qui critiquent ces dévotions populaires, parce qu’elles sont une continuelle censure de leur indifférence : ils déclament contre leur abus et contre leur multiplicité. Mais d’abord les abus ne peuvent jamais détourner d’une bonne œuvre ; il suffit de les connaître et de s’en préserver. N’abuse-t-on pas des meilleures choses ? Ces dévotions ne sont-elles pas bonnes en elles-mêmes, comme par leurs effets ? Si ‘elles ne l’étaient pas, comment l’église les aurait-elle approuvées et enrichies d’indulgence ? D’ailleurs, elles se bornent à des exercices pieux, à des prières communes ou particulières, à quelques œuvres de charité ; or, rien n’est plus capable de nourrir et d’animer la piété ; rien n’est plus propre à resserrer tous les liens de la religion, à répandre partout l’édification et à exciter une sainte émulation.

Quant à la multiplicité des dévotions que l’on se plaît à critiquer, c’est un reproche qui semble sinon ridicule, du moins injuste ; car il en est des dévotions, comme des mets dans un repas, ou des fleurs dans un jardin : on n’impose à personne l’obligation de manger de tous les mets, ni à un particulier de cultiver toutes les fleurs ; on ne force personne non plus à embrasser toutes les dévotions : la variété des fleurs dans un jardin et la diversité des mets sur une table sont tout à la fois un ornement et une nécessité pour s’adapter à tous les goûts : de même la multiplicité des dévotions est un ornement pour la piété et une ressource pour les fidèles ; mais ils peuvent choisir parmi les dévotions qui leur plaisent davantage, celles qui sont plus analogues à leur état ou à leurs besoins, et qui ne peuvent ni les surcharger, ni nuire à leurs devoirs ou à leurs emplois.

Parmi les dévotions destinées à honorer la sainte Vierge, il en est une surtout qui a l’avantage d’être plus ancienne, plus connue, plus facile et plus universellement répandue, à savoir : celle du Rosaire.

Nous traiterons la solide dévotion du Chapelet et du Rosaire. Nous disons du chapelet et du rosaire ; car ce sont deux dévotions souvent confondues, n’y ayant au fond que quelques nuances presque imperceptibles qui les distinguent ; nous parlerons donc d’abord du chapelet, et ensuite nous nous étendrons sur ce qui concerne le rosaire.

Nous ne voulons rien exagérer et nous nous garderons bien de dire que la dévotion du rosaire est une marque infaillible de prédestination, le signe le plus certain du salut et le gage le plus assuré d’une alliance éternelle avec Jésus et Marie ; mais nous ne craignons pas de dire avec confiance , en commençant ce mois, que la dévotion éclairée et pratique du rosaire est un grand moyen de salut, une voie sûre pour se procurer la protection de la Mère et les faveurs du Fils et que ces avantages sont promis aux vrais dévots du Rosaire, qui, prosternés au pied de l’autel de Marie , ne s’en approchent pas de bouche mais du cœur, et ne l’honorent pas seulement des lèvres , mais du fond de leurs entrailles. (Isaïe 29, 13).

Résolution

Si nous mettons en pratique la dévotion du Rosaire, nous devons aimer à connaître sa solidité et ses avantages ; si nous ne la mettons pas en pratique, nous serions plus qu’indifférents si nous ne prenions pas la résolution de nous éclairer sur ce point dans le cours du mois d’octobre, dont le 7 est consacré par l’Église à Notre-Dame-du-Rosaire.

PRIÈRE

Nous venons nous mettre à vos pieds, Vierge Sainte, pour vous demander de bénir ce nouveau mois et d’en accepter l’humble dédicace. Obtenez-nous de l’Esprit Saint les lumières qui nous sont nécessaires pour en profiter. Il n’a été composé qu’en vue de nous rappeler une dévotion qui a toujours été chère à vos servantes et serviteurs, parce que vous avez donné mille preuves qu’elle vous était agréable. Faites, Vierge sainte, secours des chrétiens, qu’elle produise encore de nos jours les effets qu’elle produisit lorsque vous l’avez inspirée à saint Dominique. Ainsi soit-il.

Du manuel de Liége 1847