MOIS DU ROSAIRE – jour 31 – Les cinq Mystères Glorieux

MOIS DU ROSAIRE – jour 31 – Les cinq Mystères Glorieux

(Nous les célébrons habituellement le mercredi et le dimanche)

mystères glorieux
mystères glorieux

1  La Résurrection de Jésus :

La Foi (en l’Amour de Dieu) (Mt 28, 5-8 et //)

Représentez-vous Jésus ressuscitant par sa propre vertu, le troisième jour après sa mort, et sortant du tombeau tout rayonnant de gloire, pour nous associer à Son triomphe.

Fruit : Le changement de vie, c’est-à-dire, la résurrection spirituelle.

Élévation à Jésus : O Divin Rédempteur, dans un Mystère où tu triomphes de tout, triomphe aussi de mon cœur, et ne permets pas que je demeure dans le tombeau du péché. Sauveur adorable, fais un dernier effort de Bonté et de Miséricorde; fend le rocher de mon cœur; les pierres mêmes ne te résistent pas. Parle, Seigneur, et ta voix pénétrera au fond du tombeau, et m’élèvera, avec toi, au-dessus de la corruption de mes défauts, pour être un nouveau trophée de ta Victoire.

Élévation à Marie : O Marie, la plus heureuse des mères, à la vue de Votre Divin Fils ressuscité, l’amertume de Votre Douleur a été changée en un sentiment de joie ineffable. A Dieu ne plaise que je veuille changer Votre joie en deuil et en tristesse ! Mais j’ai besoin de Votre secours, pour m’affermir dans les plus saintes résolutions; daignez donc m’obtenir la grâce de manifester en moi la vie glorieuse de Jésus-Christ, afin que ma conduite soit, aux yeux de tous, une image vivante et un témoignage solennel de Sa Résurrection.

Réciter ensuite la dizaine terminée par le Gloire au Père.

2 L’Ascension :

L’Espérance chrétienne, le désir du Ciel (Mc 16, 19-20 et //)

Représentez-vous Jésus-Christ accompagné de Ses disciples sur le Mont des Oliviers, les bénissant et s’élevant au Ciel en leur présence, porté sur une nuée qui le dérobe à leurs yeux, et après leur avoir dit: « Voici que Je suis avec vous jusqu’à la consommation des siècles ».

Fruit: Le désir du ciel et le mépris dit monde.

Élévation à Jésus : O Divin Jésus, toi qui es monté au ciel pour m’y préparer les grâces que tu me réserves ; accorde-les-moi et répand sur moi avec profusion toute sorte de bénédictions spirituelles, afin qu’après avoir été ici-bas pur et saint en ta présence, je puisse entrer aussi un jour dans les demeures éternelles.

Élévation à Marie : O Marie, je suis votre enfant adoptif, et, en vertu de cette adoption, Votre Divin Fils est monté au Ciel pour m’y préparer une place; obtenez-moi la grâce de la mériter par l’ardeur de mes désirs, par la ferveur de mes prières et par l’innocence de ma vie, afin que je puisse un jour entrer en possession de ce céleste héritage.

Réciter ensuite la dizaine terminée par le Gloire au Père.

3 La Pentecôte :

La descente du Saint-Esprit en nos âmes (Ac 2, 1-13)

Représentez-vous Jésus-Christ assis à la droite de son Père et envoyant, selon sa promesse, son Esprit-Saint qui descend et s’arrête sur chacun de ses Apôtres sous la forme de langue de feu. Rappelez-vous les effets que cette descente du Saint-Esprit produisit.

Fruit: Le recueillement et la pureté.

Élévation à Jésus : O Divin Sauveur, aimable Jésus, qui, pour mettre le dernier sceau à l’œuvre de notre rédemption, as envoyé ton Esprit-Saint pour éclairer, purifier et embraser nos âmes; fais-Le descendre au fond de mon cœur, avec toute la plénitude de ses dons et l’abondance de ses grâces. O Esprit consolateur, Don du Très-Haut, Doigt de Dieu, Source de Lumière, renouvelle en moi les effets que tu as produis dans les Apôtres.

Élévation à Marie : O Marie qui avez été remplie du Saint-Esprit avec les Apôtres et qui avez été digne de devenir Son plus beau sanctuaire, obtenez de Votre Divin Fils que je sois toujours docile aux inspirations de la grâce, afin de conserver toujours, comme un dépôt précieux, les dons et les fruits du Divin Esprit.

Réciter ensuite la dizaine terminée par le Gloire au Père.

4 La Dormition et l’Assomption de la Vierge Marie :

Un pur amour de Jésus et de Marie, la grâce d’une bonne mort (Ap 12, 14-16)

Représentez-vous la Sainte Vierge dans la maison du Disciple bien-aimé où Elle termina une vie céleste dans un transport du plus tendre amour divin, et fut retirée du tombeau par les Anges qui la portèrent dans les cieux.

Fruit: L’union avec Dieu.

Élévation à Jésus : O Jésus qui as comblé de gloire ta Sainte Mère lors de son Assomption, préserve-moi de la corruption des vices, afin que mon âme épurée par ta grâce, s’élève dans le Ciel après ma mort et te glorifie éternellement.

Élévation à Marie : O Mère de Dieu, Chef-d’œuvre de la grâce, ornée des plus sublimes vertus pour être le Temple vivant de la divinité, le terme de Votre exil est arrivé. Votre Amour, comprimé par une si longue attente, a brisé, par un dernier effort, les liens du corps ; et Votre âme affranchie s’est envolée dans les joies éternelles pour s’y reposer au sein de la Divinité; obtenez-moi la grâce de me détacher des choses de la terre, et de n’avoir plus d’autre désir ici-bas que d’être réuni, dans le ciel, avec Vous, pendant toute l’éternité.

Réciter ensuite la dizaine terminée par le Gloire au Père.

5 Le Couronnement de Sainte Marie dans le Ciel :

La Persévérance (une grande dévotion à Marie) (Ap. 12, 1-3)

Contemplez Marie élevée au-dessus de tous les Anges et de tous les Saints, sur un trône de gloire, et couronnée par Son Divin Fils comme Reine du Ciel et de la terre.

Fruit: La confiance en la sainte Vierge.

Élévation à Jésus : O Jésus, je t’adore dans cette gloire ineffable à laquelle tu as associé Marie, et dont tu as mesuré la communication et l’étendue sur ta puissance et ta tendresse. La gloire dont tu l’as couronnée, comme Reine du Ciel et de la terre, était tout à la fois la récompense de Ses mérites, et le glorieux apanage de Sa Maternité Divine. O mon aimable Sauveur, rends-moi digne d’entrer aussi en participation de la béatitude des cieux. Tu veux des âmes de foi, livrées entièrement aux opérations de ta grâce, et fidèles à correspondre à ses divines impulsions. Je m’abandonne donc à toi sans réserve, afin que mon cœur détaché de tout, devienne l’image du tien.

Élévation à Marie : O Reine des Anges et des hommes, Vous êtes dans les cieux, au-dessus des Archanges et des Séraphins; Vous êtes supérieure en gloire à tous les Saints, comme Vous l’êtes en vertus et en mérites; Votre pouvoir auprès de Votre Fils égale Votre Amour pour Lui et Votre tendresse pour nous. O Marie, Médiatrice des Chrétiens, canal de toutes les grâces, refuge des pécheurs, consolation des affligés et protectrice de tous les peuples et de tous les empires, nous nous jetons avec confiance dans le sein de Votre Miséricorde; montrez que Vous êtes notre Mère.

Réciter ensuite la dizaine terminée par le Gloire au Père.

Consécration à la Très Sainte Vierge

O Reine du Ciel, je me prosterne devant Vous pour vous adresser les profonds hommages que je Vous dois, comme à la Mère de mon Dieu. Pénétré d’une reconnaissance toute filiale, je Vous rends de solennelles actions de grâces pour tous les bienfaits que Vous m’avez obtenus du Ciel, et me consacre, ô Vierge Sainte, à votre service.

A cet effet, je prends la résolution de dire tous les jours, en Votre honneur, au moins une dizaine du Saint rosaire qui nous rappelle les Mystères de Votre Divin Fils, Vos grandeurs et Vos vertus. Par combien de faveurs signalées n’avez-Vous pas en tout temps récompensé Vos serviteurs fidèles à réciter le rosaire !

Je me propose de Vous honorer par mon zèle pour Votre gloire, par mes prières, mon assiduité aux offices, et par la sainte et fréquente réception des Sacrements, avec le secours de Votre Sainte protection, que je réclame.

O Marie ! Je veux imiter Vos vertus, Votre amour pour le recueillement; je ne m’écarterai jamais des règles saintes de la modestie et de cette vertu qui Vous est si agréable; c’est par la pratique de cette belle vertu, qui nous rend semblables aux Anges, que je Vous montrerai que je suis Votre enfant, comme j’éprouverai, ô Marie, par les effets sensibles de Votre généreuse tendresse, que Vous êtes ma Mère. Ainsi soit-il.

Fin du Mois du Rosaire

D’après le manuel de Liège 1847

CONSÉCRATION À NOTRE-DAME DU SAINT ROSAIRE.

Les Associés pourront répéter de temps à autre cette formule de consécration, spécialement le samedi et les jours de fête de la sainte Vierge, aux pieds de ses autels.

Permettez-moi, ô Vierge immaculée, Reine du saint Rosaire, de vous prendre aujourd’hui pour ma mère, ma pa­tronne, mon asile, mon refuge et ma protection ; je yeux vous donner mon cœur, mon corps, mon âme, tont mon être, et après Dieu, vous aimer par-des­sus tonte chose. Heureux celui qui vous consacre son amour ! N’êtes-vous pas, ô Vierge bénie ! plus belle que les Anges, plus belle que l’astre des nuits, plus bril­lante que le soleil ?

Ne surpassez-vous pas le lis en splendeur ? N’êtes-vous pas , comme un jardin de délices, la mère bien-aimée et sans tache de Jésus, la fille chérie du Père, réponse choisie entre mille ? qui pourrait donc vous refuser son cœur ? Je vous donne le mien, car vous êtes belle, enri­chie de toutes les grâces, comblée de toutes les perfections. Je vous le donne encore, ô Marie ! parce que la recon­naissance m’en impose le pressant de­voir.

Vierge sainte, le monde vous doit la vie de la grâce ; vous êtes la nouvelle Ève ; en vous le genre humain trouve sa joie, sa paix, sa réparation, son salut, sa consolation, son espoir. Il voit juste­ment en vous le rappel des exilés, le retour des bannis, la mère des orphelins, la lumière de ceux qui sont plongés dans les ténèbres, le port très sûr de ceux qui sont battus par la tempête.

Et moi spécialement, ô Mère de bonté ! j’ai con­tracté à votre égard une dette d’amour que toute l’ardeur des Séraphins serait incapable d’acquitter. Vous avez toujours eu votre cœur ouvert pour moi ; vous m’a­vez retiré de l’abîme : vous m’avez défendu constamment contre les attaques réité­rées de l’enfer; vous ayez été ma force, mon courage, mon guide, mon soutien dans le désert de la vie, mon étoile parmi les écueils de cette mer orageuse du monde, si fertile en naufrages. N’est-il pas juste, aimable Reine du saint Ro­saire, de vous aimer, de vous bénir et d’être vos chevaliers pour vous glorifier sans cesse ?

Je me dévoue donc à votre service, et vous promets une fidélité inviolable. Mourir, et mille fois mourir plutôt que de trahir la foi de mon serment. O Reine du saint Rosaire, prenez possession de tout mon être, et commandez-y en sou­veraine! Bannissez de mon corps et de mon âme tout ce qui vous déplaît ; sanc­tifiez mon cœur, redressez ses inclina­tions perverses et purifiez ses intentions ! Oui, désormais je veux suivre vos inspirations, vivre sous votre regard ma­ternel, et n’agir que pour vous plaire ; vos désirs seront mes désirs, vos joies seront mes joies, vos douleurs seront mes douleurs, car vous êtes toute mienne, et je suis tout vôtre pour l’éternité !

O Mère bien-aimée ! veuillez me per­mettre de vous demander en ce moment spécialement trois choses :

1° Un cœur bien pur, pour bien vous aimer et bien aimer Jésus ;

2° Un jour qui vous soit consacré pour mourir entre vos bras, en prononçant des actes parfaits d’amour ;

3° La grâce de faire partie du Chœur privilégié, qui dans le ciel, aux pieds de votre trône, doit à jamais chanter vos louanges.

Je demande plus que je ne donne ; mais, Vierge sainte, n’êtes-vous pas infi­niment riche et puissante ? Les pécheurs convertis par vous ne forment-ils pas dans le ciel votre plus belle couronne ? Sauver mon âme sera donc un nouveau diamant ajouté à votre diadème ? Et puis,  Reine du saint Rosaire, la place d’un chevalier de votre garde n’est-elle pas à vos pieds, dans le ciel comme sur la terre ? Vous me protègerez donc durant cette vie, vous m’assis­terez à l’heure de ma mort, vous recueil­lerez mon âme au dernier soupir, et vous l’introduirez dans les tabernacles éternels, où elle vous aimera et vous louera à tout jamais, en union avec les Anges et les Saints. Ainsi soit-il.