MOIS DU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS VINGT-CINQUIÈME JOUR

Quatrième moyen d’honorer le Cœur de Jésus : VÉNÉRER SES IMAGES

Le TABLEAU DE JÉSUS MISÉRICORDIEUX apparu à Sœur Faustine
Le TABLEAU DE JÉSUS MISÉRICORDIEUX – Vilnius – apparu à Sœur Faustine Ce dernier a été béni en janvier 1944 et placé dans la chapelle à Cracovie où il est vénéré

« MON Sauveur, dit la Bienheureuse Marguerite, m’a assuré qu’il prenait une singulière complaisance à voir les sentiments intérieurs de son Cœur et de son amour honorés sous la figure de ce Cœur de chair, tel qu’il m’avait été montré, environné de flammes, couronné d’épines et surmonté d’une croix ; et qu’il voulait que l’Image en fût exposée au public afin, ajouta-t-il, de toucher le cœur insensible des hommes. Il me promit en même temps qu’il répandrait avec abondance sur ceux qui l’honoreraient les trésors de grâces dont son Cœur est rempli, et que partout où cette Image serait exposée pour y être particulièrement honorée, elle y attirerait toutes sortes de bénédictions ».

— La Bienheureuse donna tous ses soins à faire graver cette Image sainte, et à la répandre. Elle aurait voulu la montrer à tous les pécheurs, pour les convertir ; à tous les justes, pour les enflammer d’amour. Elle-même  peignit une de ces images et composa une prière et une consécration admirable, dans laquelle elle se donnait à Jésus sans réserve et sans partage.

Appuyés sur cette solennelle promesse de Notre-Seigneur, les chrétiens dévoués au Sacré-Cœur aiment à vénérer sa sainte Image et la répandre autour d’eux. Sa vue les console et les encourage.

— Il est rapporté que l’ombre même des Apôtres guérissait les malades : faut-il donc s’étonner si non seulement le Cœur de Jésus, mais son Image elle-même est si puissante à guérir les infirmités des âmes ? Sainte Thérèse disait qu’elle aurait voulu la rencontrer dans tous les lieux où elle portait sa vue.

« Étant fort peu habile à me présenter les objets, j’aimais extrêmement les images. Oh ! malheureux ceux qui perdent par leur faute les secours qu’ils en pourraient tirer ! Il paraîtrait assez qu’ils n’aiment pas Notre-Seigneur ; car, s’ils l’aimaient, ils se réjouiraient de voir son portrait, comme dans le monde on est heureux de considérer celui des personnes que l’on chérit. »

Ayez, pour entretenir votre dévotion, quelque Image de ce Cœur adorable, tracée, pour ainsi dire, de la main même du Sauveur ; placez-la dans un endroit où vous puissiez la voir souvent, afin que cette vue excite en vous le feu du divin amour ; embrassez-la avec la même vénération que vous embrasseriez le Cœur de Jésus-Christ.

Ne reculez devant aucun sacrifice pour répandre les saintes Images ; faites-les pénétrer jusqu’au fond de nos campagnes et de nos cités, afin que le soir, à l’heure de la prière, l’humble famille, réunie autour de cette Image, apprenne à connaître les trésors d’amour dont ce Cœur fut rempli pour nous. Plus ces Images se répandront, plus le Cœur de Jésus sera connu, aimé.

PRIÈRE

Divin Jésus, je veux chérir, vénérer l’Image de ton Cœur, qui me rappelle tout l’amour dont il brûle pour moi. Je la donnerai à mes amis, à mes parents, aux malades, aux affligés, comme le plus précieux des souvenirs. Fais qu’elle soit pour tous un gage de bénédictions, durant la vie et à l’heure de la mort. Ainsi soit-il.

+P. Martin BERLIOUX