MOIS DU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS VINGT-DEUXIÈME JOUR

Premier moyen d’honorer le Cœur de Jésus  : LA COMMUNION FRÉQUENTE.

 

L'Eucharistie est source et sommet de la vie chrétienne
L’Eucharistie est source et sommet (Lumen Gentium 11) de la vie chrétienne et si les chrétiens vivent ce sacrement c’est qu’à l’écoute de la Parole de Dieu et la communion au Christ, ils reçoivent la force d’être plus présents aux autres dans l’écoute et le partage. Recevant Dieu en personne en notre être, nous devenons toujours plus Christ pour le monde. La messe nous donne la force d’aller toujours plus loin pour la Vie, d’être toujours plus ouverts aux autres, plus accueillants.

CONSIDÉREZ que la fin de la dévotion au Sacré-Cœur est d’enflammer nos âmes de charité. Or, le mémorial de toutes les merveilles d’amour, accomplies par le doux Sauveur, c’est la nourriture divine qu’il a préparée à ceux qui le craignent : la sainte Eucharistie. Et la plus grande preuve de gratitude et d’affection que nous puissions donner à Celui qui se donne à nous, c’est de le recevoir.

La sœur Agnès de Jésus, de l’Ordre de Saint- Dominique, était si persuadée qu’en instituant l’Eucharistie, l’Homme-Dieu avait voulu allumer de plus en plus en nous l’amour divin, qu’au moment de la Communion elle s’écriait dans un vif transport de joie : Allons à l’amour ! Elle reçut même un jour la sainte Hostie sous la forme d’un feu qui embrasa son cœur d’amour toute la journée.

Entendez-vous sainte Thérèse qui se meurt de ne pouvoir mourir d’amour, tant elle soupire après la Communion, et qui eût bravé mille difficultés, s’il l’eût fallu, pour aller s’asseoir à la Table sainte ? Il n’est pas possible, en effet, dit le Sage, de porter du feu dans son sein et de n’en être pas embrasé. Non, il n’est pas possible que notre cœur ne soit pas tout palpitant d’amour, s’il reçoit souvent Jésus-Hostie, foyer de tendresse et de dilection.

Aussi, toutes les âmes vraiment pieuses et dévouées au Sacré-Cœur souhaitent-elles ardemment de participer au divin banquet, elles se réjouissent à l’approche de la communion, et sont ravies quand il s’en rencontre plusieurs de suite. Il en est d’elles comme des esprit célestes, qui se nourrissent continuellement de Dieu, sans jamais s’en rassasier ; plus elles communient, plus elles désirent communier encore. « Sans le Saint Sacrement, disait Marguerite-Marie, je ne pourrais pas vivre. »

Êtes-vous aussi animés d’un grand désir de communier souvent ? N’avez-vous pas une sorte d’indifférence et presque de dégoût pour le Pain des Anges ? Si vous saviez quelle peine vous causez au Cœur de Jésus ! Désormais, communiez aussi souvent que vous le pourrez ; le doux Maître vous y invite : Prenez et mangez, car j’ai un immense désir de m’unir à vous.

— Communiez souvent ; les fidèles de la primitive Église le faisaient tous les jours : aussi, quelle n’était pas leur foi, leur ferveur !

— Communiez souvent, afin de réparer cette indifférence, ces froideurs, ces lâchetés, ces trahisons dont Jésus-Christ s’est plaint en parlant de l’Eucharistie.

— Oui, communiez souvent, et puissiez-vous être en état de dire comme la Bienheureuse Marguerite Marie : « J’ai un si grand désir de la sainte Communion que volontiers, pour me la procurer, je marcherais nu-pieds par un chemin de flammes. »

En retour, vous mériterez d’entendre la belle parole que Jésus adressait à son humble servante : « Ma fille, j’ai choisi ton âme pour m’être un ciel de repos sur la terre, et ton cœur sera un trône à mon divin amour. »

PRIÈRE

O mon Dieu ! que ma froideur pour la sainte Communion m’épouvante, que ma tiédeur me désole. J’ai souvent écarté de manger le pain de vie ; j’ai omis beaucoup de communions par ma faute. Divin Jésus, donne-moi faim et soif de ton  corps et de ton sang. Désormais, je communierai aussi fréquemment que possible. Ainsi-soit-il.

+P. Martin BERLIOUX