MOIS DU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS VINGT-SIXIÈME JOUR

Le testament du Cœur de Jésus

Mère de Dieu et Christ Sauveur - L'Amour au cœur du Christianisme
Mère de Dieu et Christ Sauveur – L’Amour au cœur du Christianisme

IL semble qu’après le don de lui-même par l’Eucharistie, Jésus avait épuisé pour nous les trésors de sa charité ; cependant, sur le point de mourir, son Cœur nous gardait une dernière marque de sa tendresse, et, du haut de sa croix, il voulait encore nous léguer un gage de son immense et inépuisable amour.

Oui, il est inépuisable,’ l’amour de Jésus ; il ne sait pas dire : C’est assez, et cependant il nous avait donné sa parole pour nous instruire, ses sacrements pour nous purifier et nous fortifier, son Cœur pour nous aimer, son corps et son sang pour nous nourrir et nous désaltérer.

Il allait nous donner son dernier souffle de vie en expirant sur la croix : que pouvait-il donner de plus ? Ah ! il lui restait encore sa Mère ! elle était son bien le plus cher, le plus précieux, sa tendresse était la seule joie de la terre Qu’il eût voulu connaître. Eh bien ! c’est cette douce Mère qu’il va nous léguer.

Du haut de la croix où il agonisait, abaissant son regard sur Marie, debout près de lui, et sur le disciple bien-aimé, il laisse tomber de ses lèvres, ou plutôt de son Cœur, ces trois mots qui ont fait tressaillir tous les cœurs : Femme, voilà ton enfant. Et toi, disciple bien-aimé, voilà ta Mère. C’était dire : « Je meurs, ô ma Mère ! niais je te laisse un enfant, je te le donne, il t’aimera, il te consolera, il te protégera.

Et vous, mes enfants chéris, représentés par mon disciple, je ne veux pas vous laisser orphelins, je meurs, mais je vous lègue ma Mère ; elle vous aimera comme une mère sait aimer, comme elle m’a aimé moi-même».

O testament sublime ! ô précieux héritage ! qui seuls pourraient suffire pour nous révéler toutes les tendresses du divin Cœur. Les Anges du Ciel l’ont recueilli, ce testament d’amour, et Jésus l’a scellé de son sang. C’en est fait, ô Marie ! tu es ma Mère ! et je suis ton enfant !

Acceptons avec reconnaissance ce dernier don de Jésus, le don de sa Mère. Oh ! quel trésor I C’est le Cœur le plus saint, le plus pur, le plus tendre que la main du Tout-Puissant ait formé après celui de Jésus.

Remercions Jésus, remercions Marie. Mais surtout aimons-la, cette Mère si tendre ; et, quelle que puisse être notre misère, quels que soient même nos péchés, ayons confiance en elle.

Est-ce qu’une mère peut oublier l’enfant de sa tendresse ? Non, sans doute. Eh bien ! dit le Seigneur, quand même elle pourrait l’oublier un jour, moi, jamais ! Quel amour et quel Cœur I Il nous donne sa Mère, et il nous assure qu’il nous aime encore plus qu’elle ne pourra jamais nous aimer !

Gloire donc, gloire au Cœur de Jésus, notre aimable Rédempteur et Maître.
Amour du Cœur immaculé et brûlant de charité de Marie notre Mère, et la Reine des Anges !

PRIÈRE

Cœur de Jésus, donne-nous un amour filial pour celle que tu as bien voulu nous léguer pour Mère en rendant ton dernier soupir. Fais que sa protection soit notre sauvegarde, ses exemples notre règle de conduite, son Cœur notre asile, notre refuge dans tous les périls : qu’elle soit enfin notre espérance pendant la vie et au moment redoutable de la mort. Ainsi-soit-il.

+P. Martin BERLIOUX