Prière à la Vierge Marie pour demander une âme équilibrée

 

L'annonce à Marie
L’annonce à Marie

Pour ce samedi, comme Associés de la Médaille Miraculeuse, il est bon de nous tourner vers la Sainte Mère de Dieu. Pour cela nous pouvons prendre cette prière du P.  Ludovic Giraud :

Sainte Vierge Marie, versez dans nos âmes un peu de votre âme, dans nos cœurs un peu de votre amour, dans nos volontés un peu de vos vertus.

De toutes vos vertus, nous ne vous demandons pas telle ou telle vertu. Nous vous les demandons toutes. Nous vous les demandons dans leur équilibre. Car c’est ce qui nous frappe en vous, cet équilibre des vertus…

Notre-Dame de l’Immaculée-Conception, Vierge de toute rectitude, donnez-nous la droiture en tout, l’horreur du mensonge, la passion de la vérité.

Faites-nous parler comme nous pensons, agir comme nous parlons, afin que nos paroles et toute notre vie ne soient que l’écho de nos convictions profondes et d’un profond amour.

Vierge silencieuse du Temple, apprenez-nous à savoir nous taire afin de savoir bien parler.

Inspirez-nous, dans notre apostolat, les mots qu’il faut dire, les reproches qu’il faut faire, les éloges qu’il faut donner — et au moment qui convient.

Vierge prudente et enthousiaste de l’Annonciation, apprenez-nous à réfléchir, à observer, à interroger ; puis, quand nous avons décidé, à nous engager hardiment, à courir le risque de la route, et à entraîner à notre suite les volontés défaillantes.

Vierge empressée et discrète de la Visitation, donnez à notre vie cet élan généreux qui pousse à aller aux autres, à s’offrir à tous, à se mettre au service de tous.

Et, dans ce service du prochain, enseignez-nous l’art difficile de s’offrir sans s’imposer, de persuader sans contraindre, de respecter la liberté des âmes et de savoir attendre l’heure de Dieu.

Vierge généreuse et détachée de la Nativité, apprenez-nous à donner sans compter, sans regarder ni ce que nous donnons ni ceux à qui nous donnons — comme Dieu fait lever son soleil sur les bons et sur les méchants… comme Vous qui avez offert votre Fils Jésus à ceux qui vinrent à Lui comme à ceux qui Le repoussèrent.

Vierge obéissante de la Purification, ouvrez nos cœurs aux exigences de l’amour de notre Dieu.

Apprenez-nous à Le reconnaître en tout — en tout événement, en toute personne, en toute épreuve, en toute joie. Et, en toutes ces rencontres avec Lui, à répondre à son appel.

Vierge abandonnée de la Fuite en Égypte, apprenez-nous à obéir promptement, complètement, joyeusement.

Et, sur les chemins où quelquefois nous peinons, donnez-nous un cœur d’enfant, pour ne jamais douter de l’Amour qui nous accueillera au terme de la route.

Vierge très soumise du Recouvrement au Temple, apprenez-nous à savoir nous taire devant les desseins souvent mystérieux de Dieu sur nous ; à adorer sa Volonté souveraine et à y adhérer d’un cœur qui n’hésite pas, même quand notre esprit cherche et tâtonne et ne comprend pas.

Vierge industrieuse et recueillie de Nazareth, donnez-nous le respect du travail et le culte du devoir. Enseignez-nous à le remplir en toute perfection, jusque dans le détail.

Rendez-nous industrieux sans agitation, actifs sans dispersion, recueillis sans paresse, attentifs à la voix de Dieu sans être indifférents à la voix de nos frères.

Vierge adroite et charitable de Cana, apprenez-nous à agir plus qu’à parler ; et, quand nous agissons, à aller au but sans détours.

Rendez-nous souples devant les difficultés pour mieux les vaincre, humbles à l’égard de ceux à qui nous rendons service, afin que les services que nous rendons n’offusquent aucune susceptibilité, ne blessent aucune fierté.

Vierge effacée de Galilée, donnez-nous le goût des tâches obscures connues de Dieu seul.

Apprenez-nous à prier et à offrir encore plus qu’à agir ; et, quand nous agissons, à remplir notre action de silence et d’offrande.

Rendez-nous simples en parlant, humbles en commandant, détachés de nos propres idées, uniquement sensibles à la vérité, aux besoins de nos frères et à la gloire de Dieu.

Vierge forte et douce de la Passion, donnez-nous cette énergie tranquille que rien n’effraie, que rien n’abat, que rien n’arrête, et qui, sans éclat mais sans fléchissement, sait rester fidèle à la route choisie.

Vierge fervente du Cénacle, Reine du respect et de l’amour, écartez de nos âmes la peur servile des esclaves. Mais donnez-nous la crainte de Dieu — cette crainte filiale faite de confiance devant ses bontés, de respect devant sa grandeur et du souci de ses droits sur nous.

Accordez-nous une âme simple et hardie, entreprenante et circonspecte, enfantine et maîtresse de soi,
Pure surtout et rectiligne et nette en tout et toujours,
Nette de toute compromission, de tout mensonge, de toute lâcheté, de toute bassesse,
avide de beauté et de courage, de miséricorde et de justice.

Et toutes ces vertus, versez-les dans le cœur de ceux qui nous entourent
ou qui se confient à nous, afin qu’à votre suite,
nous suivions sans défaillance cette route montante et lumineuse qui, d’étape en étape,
nous conduira tous ensemble, en équipe et joyeusement, jusqu’au grand rendez-vous.
Amen.

Et surtout, ô Notre-Dame, faites-nous grandir dans la vertu qui résume tout : donnez-nous la charité.
Donnez-nous de partager ce que nous avons avec ceux qui n’ont rien; et, quand nous avons besoin de quelque chose, de demander simplement à ceux qui peuvent nous le donner.