SACRE-CŒUR DE JÉSUS HUITIÈME JOUR

L’eau et le sang du Cœur de Jésus

 

Lorsque le soldat Longin retira le fer de sa lance, qui avait ouvert le Cœur de Jésus, on vit sortir de cette plaie profonde de l’eau et du sang. Maintenant, si vous contemplez avec soin l’image sainte de ce Cœur adorable, le touchant symbole de l’amour que Jésus nous a donné, vous verrez encore des gouttes d’eau et de sang couler de cette mystérieuse blessure.

Sang et eau du Coeur du Christ
Sang et eau du Coeur du Christ

L’eau coule afin que les hommes renaissent à la vie de la grâce par le Baptême dont elle est le symbole. « Je répandrai sur vous, nous dit ce doux Sauveur, une eau salutaire et vous serez purifies de toutes vos souillures, et je vous donnerai un cœur nouveau ». Saint Augustin assure que cette eau miraculeuse a encore la vertu d’apaiser la soif brûlante des passions.

« Ce n’est pas seulement, dit-il,  un bain salutaire pour laver les âmes, c’est un breuvage pour les désaltérer et les rafraîchir ». O bon Jésus ! donne-moi de cette eau, afin que je boive et que je n’aie plus soif. J’ai voulu boire à la source des vains plaisirs, et je brûle ; Seigneur, ouvre-moi la source de ton Cœur et je serai désaltéré.

— Le sang coule du Cœur de Jésus pour opérer notre justification. La voix monte au trône de Dieu, non pour demander vengeance, mais pour demander compassion et miséricorde, et, à cette voix, sa justice s’apaise, et il ne nous regarde plus qu’avec amour. « O douce plaie ! s’écrie saint Bonaventure, aimable blessure du Sauveur ! Quoi de plus merveilleux ! Sa mort donne la vie, ses plaies guérissent., et son sang rachète les âmes ».

— C’est le sang du Cœur de Jésus qui s’exprime encore chaque jour dans le calice des autels, et qui donne la vie et la grâce. Le vin sacré qui fait germer les vierges et réjouit les âmes, c’est le sang de Jésus. A la sainte table, il circule dans nos veines, en sorte, que suivant la belle expression d’un saint Père, nous acquérons avec Jésus-Christ une glorieuse consanguinité. Allons souvent boire au Calice du salut et nous enivrer de ce sang divin.

Comme chrétiens, répétons souvent, dans le courant de cette journée, en oraison jaculatoire, ces deux mots de la belle prière de saint Ignace : Eau sainte, qui coule du Cœur de Jésus, purifie-moi. Sang de Jésus-Christ, enivre-moi ; enivre-moi de son amour. Et lorsque vous embrasserez votre crucifix, vous aimerez surtout à mettre vos lèvres sur la plaie du Cœur ; allez-y avec confiance, enivrez-vous d’amour.

PRIÈRE

O Cœur de Jésus ! combien tu m’as aimé ! Que serais-je devenu si je n’avais pas été racheté par ton précieux sang? J’eusse été perdu sans ressource. Baume inestimable, sorti de la source d’un amour immense ! Doux Sauveur, continue de répandre sur moi la rosée de ce sang salutaire, afin qu’elle me purifie de plus en plus, et me procure la gloire du Ciel. Ainsi soit-il.

+P. Martin BERLIOUX