VOCATION DE LA VOYANTE DE LA MÉDAILLE MIRACULEUSE

4 MAI : VOCATION DE LA VOYANTE DE LA MÉDAILLE MIRACULEUSE

 

Malgré sa vie laborieuse, la jeune fermière se livrait à la pénitence. Elle avait l’habitude de jeûner le vendredi et le samedi. Pieuse, elle priait souvent dans l’église paroissiale, n’hésitant pas à s’y rendre malgré la distance, se tenant longuement agenouillée sur les dalles froides, même en hiver.

Saint Vincent de Paul
Saint Vincent de Paul

Plusieurs fois demandée en mariage, Catherine répondait invariablement que Dieu l’appelait à son service. Une nuit, elle eut un songe. Il lui semblait être à l’église du village ; un prêtre âgé apparut et se revêtit des ornements sacrés pour dire la messe.

Elle y assista, fort impressionnée ; après quoi, le prêtre inconnu lui fit signe d’approcher. Effrayée, Catherine se retira à reculons, laissant toutefois son regard fixé sur lui. En sortant, elle se rendit chez un malade.

Là, elle retrouva le vieux prêtre qui lui dit : «Ma fille, c’est bien de soigner les malades. Vous me fuyez maintenant, mais un jour vous serez heureuse de venir à moi. Dieu a ses desseins sur vous, ne l’oubliez pas.»

Elle s’éveilla alors qu’il lui semblait rentrer à la maison ; ce n’était qu’un rêve dont elle ignorait encore la signification.

Elle avait dix-huit ans, savait à peine lire et encore moins écrire. Comme elle comprenait que son manque d’instruction serait peut-être un obstacle à son admission dans un Ordre religieux, elle obtint de son père la permission d’aller passer quelque temps chez sa belle-sœur qui dirigeait une pension de jeunes filles à Châtillon-sur-Seine.

Celle-ci l’ayant conduite chez les Filles de la Charité de cette ville, Catherine fut saisie de voir, en entrant au parloir, le portrait parfaitement ressemblant du prêtre qu’elle avait vu en songe.

Elle demanda son nom ; lorsqu’elle apprit que c’était Saint Vincent de Paul, le mystère s’éclaircit et elle comprit que c’était le saint qui l’appelait à prendre rang parmi ses filles.

PRIÈRE

Ô Sainte Catherine Labouré, vous avez fidèlement correspondu à la grâce, comme la Vierge Marie servante du Seigneur. Vous n’avez jamais rien refusé à Dieu ; c’est pourquoi il s’est servi de vous comme d’un instrument très docile, pour accomplir de grandes choses.

Obtenez-nous d’agir toujours ainsi, les yeux fixés sur Dieu pour connaître sa volonté, afin de lui être fidèles dans les petits détails de notre vie comme aussi dans les choses importantes.

Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse, si parfaitement fidèle à la grâce divine, priez pour nous ! Ainsi soit-il !

O Marie conçue sans péché, priez pour nous, qui avons recours à vous !

+P. BAETEMAN, CM