Parole de Dieu, pauvres, jeunes et médaille miraculeuse

Sr Evelyne Franc

Rome, mardi 14 octobre 2008 – Soeur Evelyne Franc, supérieure générale des Filles de la Charité de saint Vincent de Paul, a témoigné ce mardi matin au synode des évêques, durant la treizième congrégation générale :

1. « la Parole de Dieu au cœur de notre vie ».

« La Parole nous réveille chaque matin et nous accompagne au long du jour à travers la liturgie des heures, l’Eucharistie, les temps de prière et de service. Elle est à la fois douce comme le miel et amère comme le fiel; elle conforte et bouscule, provoque à avancer au large, nous désinstalle ».

« Le partage de la Parole (lectio divina)  ranime l’engagement apostolique, est facteur d’unité et chemin de pardon, de réconciliation et de discernement ».

« Il est encore plus nécessaire à notre époque où, dans les cinq continents, les Sœurs en proximité de cœur et de vie avec les pauvres, sont parfois confrontées à des situations de difficulté extrême. Le partage de la Parole fortifie alors leur sens d’appartenance au Christ, les relie à la communauté qui les envoie, à la mission de l’Église ».

2. « L’annonce de la Parole à travers notre service des pauvres. »

« la Parole pousse à servir non seulement pour combattre la faim matérielle, la misère, elle nous pousse aussi à travailler pour un monde où tous soient respectés » et à « dénoncer les injustices ». Une double lecture de la Parole s’impose : lire la vie des pauvres à la lumière des Écritures et lire les Écritures du point de vue des pauvres ; ils sont sacrement du Christ au milieu de nous, ces pauvres qui nous évangélisent ».

« En conclusion, deux mots sur l’annonce de la Parole dans la pastorale des jeunes et la piété populaire. »

« Les jeunes des cinq continents répondent avec enthousiasme aux défis lancés lors des JMJ :

‘Vous êtes le sel de la terre …
Vous êtes la lumière du monde’ (Mt 5,13-14) à Toronto,
‘Nous sommes venus L’adorer’ (Mt 2,2) à Cologne,
‘Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous.
Vous serez alors mes témoins’ (Ac 1,8) à Sydney.

Les jeunes attendent de nous de tels défis et sont prêts à les relever quand nous cheminons à leurs côtés, vivons de cette Parole et savons la leur expliquer ».

Enfin, à propos de piété populaire, Sœur Evelyne a mentionné la « médaille miraculeuse ». « Offerte à tant et tant de personnes à travers le monde, c’est un humble outil catéchétique, un résumé de l’histoire du salut qui permet d’annoncer la Parole de Dieu. Cette Parole, Marie, la femme eucharistique, notre modèle de vie spirituelle, l’a reçue pleinement et nous la partage totalement ».

La médaille miraculeuseLire la suite →

Benoit XVI et l’Angelus

Dimanche 28 septembre 2008, Benoît XVI, sur la place Saint Pierre à Rome, après l’Angélus, s’est exprimé sur le sens de cette prière : « Je vous salue, chers pèlerins francophones, qui êtes venus pour réciter l’Angélus. Par cette prière, nous faisons mémoire de l’Incarnation du Fils de Dieu et nous contemplons le ‘oui’ immédiat et paisible de la Vierge Marie à la volonté de Dieu exprimée par l’Archange Gabriel… Que la présence de Marie à nos côtés donne à nos ‘oui’ d’être spontanés, généreux et sans retour ! Avec ma Bénédiction apostolique ».

A ce propos, les 27 octobre, novembre et décembre, au nom de l’Association de la Médaille Miraculeuse, il y aura trois conférences sur la Médaille Miraculeuse et la Parole de Dieu exprimée dans l’Angelus Domini, à la Chapelle de la rue du Bac.

Benoît XVI en France

Notre Saint Père est venu à Paris le vendredi 12 septembre, jour du Saint Nom de Marie. Il a été accueilli par le Président de la République, pour qui se serait « une folie de se priver du patrimoine vivant de réflexion et de pensée des religions », invitant à une « laïcité positive », à la défense de la dignité humaine dans laquelle réside le « vrai secret de l’Europe », et à l’importance du dialogue authentique qui peut seul apporter une paix durable au monde.

Le pape lui a répondu en ces termes : « En ce moment historique où les cultures s’entrecroisent de plus en plus, je suis profondément convaincu qu’une nouvelle réflexion sur le vrai sens et sur l’importance de la laïcité est devenue nécessaire. »

Il a expliqué qu’il « est en effet fondamental, d’une part, d’insister sur la distinction entre le politique et le religieux, afin de garantir aussi bien la liberté religieuse des citoyens que la responsabilité de l’État envers eux », et d’autre part « de prendre une conscience plus claire de la fonction irremplaçable de la religion pour la formation des consciences et de la contribution qu’elle peut apporter, avec d’autres instances, à la création d’un consensus éthique fondamental dans la société ».

Le pape a évoqué sa préoccupation pour les jeunes, l’ « avancée sournoise de la distance entre les riches et les pauvres » la protection de l’environnement, la nouvelle Europe et les racines chrétiennes de la France. Le pape a terminé par des souhaits de « paix et prospérité, liberté et unité, égalité et fraternité » pour la France, en les confiant « à l’intercession maternelle de la Vierge Marie, patronne principale de la France. »

***

Lire la suite →

site officiel en France