saint Padre Pio de Pietrelcina

saint-padre-pio
saint-padre-pio

Quel est le secret de tant d’admiration et d’amour envers ce nouveau saint? Il est tout d’abord un « frère du peuple », caractéristique traditionnelle des capucins. En outre, c’est un saint thaumaturge, comme en témoignent les événements extraordinaires qui constellent sa vie.

Cependant, Padre Pio est surtout un religieux aimant sincèrement le Christ crucifié. Au cours de sa vie, il a participé au mystère de la Croix également d’une façon physique.

Il aimait joindre la gloire du Thabor au mystère de la passion, comme nous le lisons dans l’une de ses lettres:  « Avant de nous exclamer nous aussi avec saint Pierre « Oh! comme il est bon d’être ici », il faut tout d’abord monter au Calvaire, où l’on ne voit que la mort, des clous, des épines, de la souffrance, des ténèbres extraordinaires, des abandons et des évanouissements ».

Padre Pio accomplit son chemin exigeant d’ascèse spirituelle en profonde communion avec l’Église. Des incompréhensions passagères avec certaines autorités ecclésiastiques ne réussirent pas à modifier son attitude d’obéissance filiale. Padre Pio fut, dans une égale mesure, un fils de l’Église fidèle et courageux, suivant également dans ce sens l’exemple lumineux du Poverello d’Assise.

Que ce saint capucin, auquel tant de personnes s’adressent de tous les lieux de la terre, nous indique les moyens pour parvenir à la sainteté, qui est le but de notre vie chrétienne. Combien de fidèles de toute condition sociale, provenant des lieux les plus différents et des situations les plus difficiles, accouraient vers lui pour lui poser des questions!

Il savait offrir à tous ce dont ils avaient le plus besoin, et qu’ils cherchaient souvent à tâtons, sans même en avoir pleinement conscience. Il leur transmettait la parole réconfortante et éclairante de Dieu, permettant à chacun de puiser aux sources de la grâce à travers son dévouement assidu au ministère de la confession et la fervente célébration de l’Eucharistie.

Il écrivait ainsi à l’une de ses filles spirituelles:  « N’aie pas peur de t’approcher de l’autel du Seigneur pour te rassasier de la chair de l’Agneau immaculé, car personne ne réunira mieux ton esprit que son roi, rien ne le réchauffera mieux que son soleil, et rien ne l’adoucira mieux que son baume ».

La Messe de Padre Pio! Il s’agissait pour les prêtres d’un rappel éloquent de la beauté de la vocation sacerdotale; et pour les religieux et les laïcs, qui accouraient à San Giovanni Rotondo également très tôt le matin, il s’agissait d’une catéchèse extraordinaire sur la valeur et l’importance du sacrifice eucharistique.

La Messe était le cœur et la source de toute sa spiritualité:  « Il y a dans la Messe – avait-il l’habitude de dire – tout le Calvaire ». Les fidèles, qui se rassemblaient autour de son Autel, étaient profondément frappés par l’intensité de son « immersion » dans le Mystère et il ils percevaient que le « Père » participait en personne aux souffrances du Rédempteur.

Saint Pio de Pietrelcina se présente ainsi devant tous – prêtres, religieux, religieuses et laïcs – comme un témoin crédible du Christ et de son Évangile. Son exemple et son intercession incitent chacun à un amour toujours plus grand envers Dieu et à une solidarité concrète à l’égard de notre prochain, en particulier du plus démuni.

Que la Vierge Marie, que Padre Pio invoquait sous le beau titre de « Sainte Marie des Grâces », nous aide à suivre les traces de ce religieux tant aimé par de si nombreuses personnes!

DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II AUX PÈLERINS VENUS POUR LA CANONISATION DE PADRE PIO DE PIETRELCINA lundi 17 juin 2002

*

Que Marie pose sa main maternelle sur ta tête ». Ce vœu, qu’il avait adressé à une fille spirituelle, Padre Pio l’adresse aujourd’hui à chacun de vous. Au début du nouveau millénaire, confions le chemin de sainteté de toute l’Église à l’intercession maternelle de la Vierge et de saint Pio de Pietrelcina.

PAPE JEAN-PAUL II ANGÉLUS 16 juin 2002

L’avenir du monde sera un avenir d’espérance s’il se fait ensemble

L‘avenir du monde sera un avenir d’espérance s’il se fait ensemble

C’est une tradition lors de l’audience générale qui suit un voyage apostolique. Ce mercredi 22 septembre, le Saint-Père a dressé un bilan de son dernier déplacement de quatre jours, qui l’a conduit en Hongrie et en Slovaquie et qui s’est terminé il y a une semaine. Il a rappelé les rencontres avec les différentes Églises chrétiennes, avec les juifs, avec les croyants d’autres confessions, avec les plus faibles : « C’était un pèlerinage de prière, aux racines de la foi et de l’espérance. »
*

PAPE FRANÇOIS

AUDIENCE GÉNÉRALE

Salle Paul VI
Mercredi 22 septembre 2021

___________________________

Le Voyage apostolique à Budapest et en Slovaquie

Résumé :

Frères et sœurs, mon récent Voyage Apostolique à Budapest et en Slovaquie a été un pèlerinage de prière, un pèlerinage aux racines, un pèlerinage d’espérance. Tout d’abord, ce fut un pèlerinage de prière au cœur de l’Europe, commencé avec la messe lors du Congrès Eucharistique International à Budapest et conclu avec la Fête de Notre-Dame des Sept Douleurs en Slovaquie.

Le Peuple de Dieu est appelé à adorer, à prier, à marcher et à faire pénitence, afin de sentir la paix et la joie qui viennent du Seigneur. Ensuite, ce fut un pèlerinage aux racines de la foi et de la vie chrétienne qui sont vivantes dans l’exemple lumineux des témoins de la foi. Ces racines pleines de sève de l’Esprit Saint doivent êtres gardées car elles sont la garantie de l’avenir.

Enfin, ce fut un pèlerinage d’espérance, espérance que j’ai vue dans les yeux des jeunes rencontrés. Cette espérance se réalise, devient concrète seulement si elle se décline avec le mot “ensemble”. La fraternité et la cohabitation avec les différentes religions et avec les plus faibles sont la route à suivre. L’avenir sera un avenir d’espérance s’il est vécu ensemble.

Je salue cordialement les pèlerins de langue française! Je rends grâce au Seigneur à l’occasion du Voyage Apostolique que j’ai accompli sous le signe de l’espérance. Dans une prière unanime, demandons à l’Esprit Saint que les graines semées durant le Voyage portent de bons fruits dans le Peuple de Dieu.

A tous, ma bénédiction !

Catéchèse :

Frères et sœurs, bonjour !

Aujourd’hui, je voudrais vous parler du voyage apostolique que j’ai effectué à Budapest et en Slovaquie, qui s’est terminé il y a tout juste une semaine, mercredi dernier. Je le résumerais ainsi : ce fut un pèlerinage de prière, un pèlerinage aux racines, un pèlerinage d’espérance. Prière, racines et espérance.

1. la messe de clôture du Congrès eucharistique international

La première étape a eu lieu à Budapest, pour la messe de clôture du Congrès eucharistique international, reportée d’exactement un an en raison de la pandémie. Grande a été la participation à cette célébration. Le peuple saint de Dieu, au jour du Seigneur, rassemblé devant le mystère de l’Eucharistie, à partir duquel il est continuellement généré et régénéré.

l a été embrassé par la Croix qui se tenait au-dessus de l’autel, pour montrer la même direction indiquée par l’Eucharistie, c’est-à-dire le chemin de l’amour humble et désintéressé, de l’amour généreux et respectueux envers tous, du chemin de la foi qui purifie de la mondanité et conduit à l’essentialité. Cette foi nous purifie toujours et nous éloigne de la mondanité qui nous ruine tous : c’est un ver qui nous ruine de l’intérieur.

Et le pèlerinage de prière s’est terminé en Slovaquie en la fête de Marie des Douleurs. Là aussi, à Šaštín, au Sanctuaire de la Vierge des Sept Douleurs, une importante population d’enfants affluait à la fête de la Mère, qui est aussi la fête religieuse nationale. Le mien était donc un pèlerinage de prière au cœur de l’Europe, qui commençait par l’adoration et se terminait par la piété populaire.

Priez, car c’est avant tout ce que le Peuple de Dieu est appelé : adorer, prier, marcher, errer, faire pénitence, et ressentir en tout cela la paix et la joie que le Seigneur nous donne. Notre vie doit être ainsi : adorer, prier, marcher, errer, faire pénitence.

Et cela a une importance particulière sur le continent européen, où la présence de Dieu est diluée – nous le voyons tous les jours : la présence de Dieu est diluée – par le consumérisme et les « vapeurs » d’une seule pensée – chose étrange mais réelle – fruit de la mélange d’anciennes et de nouvelles idéologies.

Et cela nous éloigne de la familiarité avec le Seigneur, de la familiarité avec Dieu.Même dans ce contexte, la réponse de guérison vient de la prière, du témoignage et de l’amour humble. L’amour humble qui est nécessaire. Reprenons cette idée : le chrétien doit servir.

C’est ce que j’ai vu dans la rencontre avec le peuple saint de Dieu. Un peuple fidèle qui a souffert de la persécution athée. Je l’ai aussi vu sur le visage de nos frères et sœurs juifs, avec qui nous nous sommes souvenus de la Shoah. Car il n’y a pas de prière sans mémoire. Il n’y a pas de prière sans mémoire.

Qu’est-ce que ça veut dire? Que nous, lorsque nous prions, devons nous souvenir de notre vie, de la vie de notre peuple, de la vie de tant de personnes qui nous accompagnent dans la ville, en tenant compte de leur histoire. L’un des évêques slovaques, déjà âgé, m’a dit en me saluant : « J’étais conducteur de tramway pour me cacher des communistes ».

Il est bon, cet Évêque : dans la dictature, dans la persécution il était conducteur de tramway, puis il a fait en secret son « métier » d’Évêque et personne ne le savait. C’est ainsi dans la persécution. Il n’y a pas de prière sans mémoire. La prière, la mémoire de sa vie, de la vie de son peuple, de son histoire : se souvenir et se souvenir. Cela fait du bien et aide à prier.

2. Deuxième aspect : ce voyage était un pèlerinage aux racines.

En rencontrant les frères évêques, tant à Budapest qu’à Bratislava, j’ai pu toucher le souvenir reconnaissant de ces racines de la foi et de la vie chrétienne, vivace dans l’exemple brillant de témoins de la foi, tels que le cardinal Mindszenty et le cardinal Korec, comme le Bienheureux évêque Pavel Peter Gojdič.

Des racines qui remontent au IXe siècle, jusqu’à l’œuvre évangélisatrice des saints frères Cyrille et Méthode, qui ont accompagné ce chemin comme une présence constante. J’ai perçu la force de ces racines dans la célébration de la Divine Liturgie de rite byzantin, à Prešov, en la fête de la Sainte Croix. Dans les chants, j’ai senti vibrer le cœur du saint peuple fidèle, forgé par tant de souffrances subies pour la foi.

J’ai insisté à maintes reprises sur le fait que ces racines sont toujours vivantes, pleines de la force vitale qu’est le Saint-Esprit, et qu’en tant que telles elles doivent être conservées : non pas comme des artefacts de musée, non idéologisées et exploitées pour des intérêts de prestige et de pouvoir, pour consolider une identité fermée. Non. Cela reviendrait à les tromper et à les stériliser !

Cyrille et Méthode ne sont pas pour nous des personnages à commémorer, mais des modèles à imiter, des maîtres auprès desquels nous pouvons toujours apprendre l’esprit et la méthode de l’évangélisation, ainsi que l’engagement civique – au cours de ce voyage au cœur de l’Europe j’ai souvent pensé aux pères de l’Union européenne, comme ils en rêvaient, non pas comme une agence pour distribuer la colonisation idéologique de la mode, non, comme ils en rêvaient -.

Ainsi comprises et vécues, les racines sont garantes de l’avenir : d’épaisses branches d’espoir en jaillissent. Nous aussi, nous avons des racines : chacun de nous a ses propres racines. Nous souvenons-nous de nos racines ? Des pères, des grands-parents ? Et sommes-nous liés à des grands-parents amoureux ? « Mais, ils sont vieux… ». Non, non : ils te donnent la lymphe, tu dois aller vers eux et prendre pour grandir et continuer.

On ne dit pas : « Va te réfugier dans les racines » : non, non. « Allez aux racines, prenez la sève de là et avancez. Va à ta place ». N’oubliez pas cela. Et je vous répète ce que j’ai dit plusieurs fois, ce beau vers : « Tout ce que l’arbre a en fleur vient de ce qu’il a enterré ».

Vous pouvez grandir dans la mesure où vous êtes unis aux racines : la force vient de là. Si vous coupez les racines, tout ce qui est nouveau, les nouvelles idéologies, cela ne vous mène à rien, cela ne vous fait pas grandir : vous finirez mal.

3. Le troisième aspect de ce voyage a été un pèlerinage d’espérance.

Prière, racines et espérance, les trois traits. J’ai vu beaucoup d’espoir dans les yeux des jeunes, lors de la rencontre inoubliable au stade de Košice. Cela m’a aussi donné de l’espoir, de voir beaucoup, beaucoup de jeunes couples et beaucoup d’enfants.

Et j’ai pensé à l’hiver démographique que nous vivons, et ces pays fleurissent avec de jeunes couples et des enfants : un signe d’espoir. Surtout en temps de pandémie, ce moment de fête a été un signe fort et encourageant, également grâce à la présence de nombreux jeunes couples, avec leurs enfants.

Combien fort et prophétique est le témoignage de la bienheureuse Anna Kolesárová, une jeune fille slovaque qui a défendu au prix de sa vie sa dignité contre la violence : un témoignage plus que jamais d’actualité, malheureusement, car la violence contre les femmes est un fléau ouvert partout.

J’ai vu de l’espoir chez tant de personnes qui se soucient silencieusement des autres. Je pense aux Sœurs Missionnaires de la Charité du Centre Bethléem de Bratislava, de bonnes moniales, qui reçoivent les déchets de la société : elles prient et servent, prient et aident. Et ils prient beaucoup et aident beaucoup, sans prétention. Ils sont les héros de cette civilisation.

Je voudrais que nous tous remerciions Mère Teresa et ces moniales : tous ensemble un applaudissement à ces bonnes moniales ! Ces religieuses accueillent des sans-abri. Je pense à la communauté rom et à ceux qui s’engagent auprès d’elle pour un chemin de fraternité et d’inclusion.

C’était émouvant de partager la fête de la communauté rom : une simple fête qui sentait l’Évangile. Les Roms sont nos frères : nous devons les accueillir, nous devons être proches comme le font les Pères salésiens là-bas à Bratislava, très proches des Roms.

Chers frères et sœurs, cette espérance, cette espérance de l’Évangile que j’ai pu voir en chemin, se réalise, ne se concrétise que si elle s’exprime avec un autre mot : ensemble. L’espoir ne déçoit jamais, l’espoir ne va jamais seul, mais ensemble.

A Budapest et en Slovaquie, nous nous sommes retrouvés avec les différents rites de l’Église catholique, avec les frères d’autres confessions chrétiennes, avec les frères juifs, avec les croyants d’autres religions, avec les plus faibles. C’est ainsi, car l’avenir sera celui de l’espoir s’il est ensemble, pas seul : c’est important.

Et après ce voyage, il y a un grand « merci » dans mon cœur. Merci aux Évêques, merci aux autorités civiles, merci au Président de Hongrie et au Président de Slovaquie ; merci à tous les collaborateurs de l’organisation; merci aux nombreux bénévoles; merci à chacun de ceux qui ont prié. Veuillez ajouter une prière de plus, afin que les graines dispersées pendant le voyage portent de bons fruits. Nous prions pour cela.

______________________________________________

Je salue cordialement les pèlerins de langue française ! Je rends grâce au Seigneur à l’occasion du Voyage Apostolique que j’ai accompli sous le signe de l’espérance. Dans une prière sollicitée à l’Esprit Saint que les graines semées durant le Voyage portent de bons fruits dans le Peuple de Dieu. A tous, mais bénédiction !

Je salue cordialement les pèlerins francophones ! Je rends grâce au Seigneur pour le voyage apostolique que j’ai fait sous le signe de l’espérance. Dans la prière unanime, nous demandons à l’Esprit Saint que les graines semées pendant le Chemin portent de bons fruits parmi le Peuple de Dieu. A tous, ma bénédiction !

Je salue les pèlerins et les visiteurs anglophones qui participent à l’audience d’aujourd’hui, en particulier les groupes d’Angleterre et des États-Unis d’Amérique. Je salue en particulier les nouveaux séminaristes du Vénérable Collège Anglais qui commencent leur formation sacerdotale ici à Rome. Sur vous tous et vos familles, j’invoque la joie et la paix du Seigneur. Que Dieu vous bénisse!

Je salue les fidèles de langue allemande, en particulier les participants au pèlerinage des uvres pontificales missionnaires en Autriche. Je souhaite à tous les pèlerins de pouvoir puiser une force spirituelle dans les tombeaux des Apôtres pour affronter avec courage les grands défis de notre temps, mais aussi ceux de la vie quotidienne. Que Dieu vous bénisse et vous protège !]

Je salue cordialement les pèlerins hispanophones qui participent à cette Audition, en particulier la communauté du Colegio Mexicano. Je remercie le Seigneur et tous ceux qui ont rendu ce Chemin possible, ainsi qu’à vous qui m’accompagnez quotidiennement par la prière, et je vous demande de continuer à prier pour que les graines semées pendant ces jours portent de bons fruits. Que Dieu te bénisse. Merci beaucoup.

Je salue cordialement les pèlerins de langue portugaise et sur chacun j’invoque les bénédictions du Seigneur. Merci à chacun de ceux qui ont prié pour mon cheminement et, s’il vous plaît, ajoutez une autre prière pour que les graines dispersées portent alors de bons fruits. Que Notre Dame vous accompagne et vous protège tous ainsi que vos proches !

Je salue les fidèles arabophones. Je vous invite à maintenir constamment la prière et la pénitence dans votre vie, afin que vous y trouviez la paix et la joie que Dieu veut pour nous. Que le Seigneur vous bénisse tous et vous protège toujours de tout mal !

Après mon voyage apostolique en Hongrie et en Slovaquie, il y a un grand « merci » dans mon cœur. Merci d’être venus si nombreux m’accompagner de votre présence et de votre prière dans ce pèlerinage. Veuillez ajouter à nouveau une intention à vos prières, afin que les graines dispersées portent de bons fruits. Je vous bénis de tout cœur !

Je souhaite une cordiale bienvenue aux fidèles de langue slovaque. En particulier, je salue les participants au quinzième pèlerinage de l’ordinariat des forces armées et des corps armés de la République slovaque. Chers frères et sœurs, il y a une semaine, j’ai fait le voyage apostolique à Budapest et en Slovaquie.

Ce fut un pèlerinage de prière, un pèlerinage aux racines de la foi, un pèlerinage d’espérance pour tous. Après ce voyage, il y a un grand « merci » dans mon cœur. Merci aux évêques et aux autorités civiles ; merci à tous les collaborateurs de l’organisation; merci à chacun de ceux qui ont prié. Veuillez ajouter une prière de plus, afin que les graines semées pendant le voyage portent de bons fruits.

* * *

Je souhaite une cordiale bienvenue aux pèlerins de langue italienne. En particulier, je salue les fidèles de Torrita di Siena avec Mgr Stefano Manetti ; les Sœurs de Sant’Anna qui célèbrent leur Chapitre général ; les migrants invités du Centro Mondo Migliore, Rocca di Papa. A chacun mes encouragements et l’assurance de mes prières. Ce qui y est écrit est beau : merci, merci beaucoup. C’est très beau : « pour un monde meilleur ». Allez!

Enfin, mes pensées vont, comme d’habitude, aux personnes âgées, aux malades, aux jeunes et aux jeunes mariés. La fête de l’évangéliste saint Matthieu, que nous avons célébrée hier, m’offre l’occasion de vous inviter à vous placer à l’école de l’Évangile, le guide sûr pour affronter le chemin de la vie.

Ma Bénédiction à vous tous.


Copyright © Dicastero per la Comunicazione – Libreria Editrice Vaticana

Neuvaine à Saint Vincent de Paul cinquième jour

CINQUIÈME JOUR – l’eucharistie et la confession

Méditation sur la vie de St Vincent de Paul

Ordonné prêtre le 23 septembre 1600, c'est également près de Buzet sur Tarn, à la chapelle Notre Dame de Grâce, que Vincent célébra sa première messe.
Ordonné prêtre le 23 septembre 1600, c’est également près de Buzet sur Tarn, à la chapelle Notre Dame de Grâce, qe Vincent célébra sa première messe.

Saint Vincent avait la conviction qu’un des plus importants ministères qu’il avait, était d’encourager les personnes à recevoir les sacrements et tout spécialement l’Eucharistie et la Réconciliation de façon fréquente. Les membres de sa congrégation devaient vivre la réconciliation toutes les semaines.

Questions pour ma vie

Quand ai-je vécu ma dernière confession pour recevoir le pardon de mes pêchés par le Christ médecin des âmes ?  Est-ce que je reçois dignement l’eucharistie et suis-je certain que c’est réellement Jésus que je reçois dans son corps, son âme et sa divinité à l’Eucharistie ? Comment ma foi est nourrie par ces sacrements ?

Litanie de saint Vincent de Paul

Seigneur, prends pitié de nous,
ô Christ, prends pitié de nous,
Seigneur, prends pitié de nous.

Vincent de Paul, homme à la foi inébranlable,
Exemple d’espérance dans les combats de la vie,
Témoin insigne de la Charité du Christ,
Prie pour nous.

Vincent de Paul, contemplatif dans l’action,
Audacieux et prudent, compatissant et miséricordieux,
Prie pour nous.

Vincent de Paul, consolateur des malades,
Père des orphelins et des enfants maltraités,
Secours des prisonniers et des victimes de la guerre,
Prie pour nous.

Vincent de Paul, promoteur du laïcat au service des pauvres,
Formateur et modèle des prêtres,
Fondateur de la Congrégation de la Mission,
des Dames de la Charité et de la Compagnie des Filles de la Charité,
Prie pour nous.

PRIÈRE DE LA NEUVAINE

Seigneur, tu as fait preuve de patience envers Saint Vincent de Paul en le faisant passer d’une vie centrée sur lui-même à une vie centrée sur toi. Obtiens-moi cette grâce et fais aussi que mon intention soit prise favorablement. Je te remercie, Seigneur, pour tout et imiterai Saint Vincent de Paul en passant davantage de temps en ta présence, en vivant les sacrements et en servant ceux qui sont autour de moi, spécialement les pauvres. Amen.

Un Notre Père, un Je vous salue Marie en honneur de l’Incarnation, le Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit en l’honneur de la Sainte-Trinité et la prière de notre Médaille : Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous.

site officiel en France