Ô Vierge pure, Vierge toute Belle

TRIDUUM POUR LA SAINTE MÈRE DE DIEU

Simone Martini - détail de L'Annonciation, XIIIe siècle, Musée royal des Beaux-Arts d'Anvers
Simone Martini – détail de L’Annonciation, XIIIe siècle, Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers

Pour nous préparer à la fête de Sainte Marie, Mère de Dieu, voici deux prières de François Pétrarque, le grand écrivain italien qui a longtemps vécu à Avignon au temps des Papes et à Fontaine de Vaucluse (Vallis Clausa), son lieu privilégié.

« Ô Vierge pure, rends-moi digne de la Grâce du Sauveur » :

« Vierge pure, Vierge en tout accomplie, Toi la Fille et la Mère de l’aimable Fruit de Tes entrailles, Toi qui éclaires cette vie et qui ornes Celle d’en-haut, c’est par Toi, brillante et sublime Fenêtre des Cieux, que ton Fils et Celui du souverain Père vint, à la fin des temps prédits, opérer le salut des hommes ; alors, de toutes les femmes de la terre, seule Tu fus élue, Vierge bénie, pour changer les larmes d’Eve en accents d’allégresse. Rends-moi, car Tu le peux, rends-moi digne de la Grâce du Sauveur, Toi infiniment Bienheureuse, Toi déjà couronnée dans le Royaume céleste.»  Ainsi soit-il.

« Vierge toute Belle, accorde-moi Ton assistance pour ma lutte pénible » :

« Vierge toute Belle, qui, vêtue de lumière, couronnée d’étoiles, as été si agréable au souverain Soleil qu’Il épancha sur Toi son Éclat, l’amour me pousse à parler de Toi, mais je ne puis commencer sans Ton aide, sans le secours de Celui qui, dans son Amour, descendit en Toi. J’invoque Celle qui toujours écouta favorablement quiconque sut L’invoquer avec foi ; Vierge, si jamais ton Cœur compatissant s’ouvrit aux chagrins amers, prête l’oreille à mes supplications, et accorde-moi Ton assistance pour ma lutte pénible, quoique je ne sois que terre et que Tu sièges en Reine dans les Cieux.» Ainsi soit-il.

Prières de Francesco Petrarca (1304-1374)