Archives par mot-clé : Marie

PRIÈRE À JÉSUS RESSUSCITÉ

En ce dimanche de la Miséricorde, faisons nôtre la prière à Jésus ressuscité extraite du dernier message de Pâques de Jean-Paul II, nous souvenant qu’il nous a quittés il y a juste quatre ans.

Toi, Jésus, qui as vaincu la mort,
toi seul « as les paroles de la vie éternelle »
(Évangile selon saint Jean 6,68).

Vers toi nous faisons monter notre prière confiante,
qui devient un appel au réconfort
pour les proches des nombreuses victimes de la violence,
Aide-nous à travailler sans relâche à l’avènement
d’un monde plus juste et plus solidaire,
que tu as inauguré par ta résurrection.

Jésus ressuscité et Marie sa mère

Marie est à nos côtés dans cette tâche,
elle « qui a cru à l’accomplissement des paroles du Seigneur »
(Évangile selon saint Luc 1,45).

Lire la suite →

LA SPHÈRE ET LA CROIX

Première Vierge au Globe, sculptée par Robert Froc - 1876Traduction d’un écrit anglais publié en 1909, il y a tout juste cent ans, La Sphère et la Croix est un beau livre de Gilbert K. Chesterton, un des plus importants écrivains anglais du début du XXe siècle.

A ceux pour qui, symbole du christianisme, la croix reste un symbole de sauvagerie et de déraison, Chesterton répond : Vous commencez par briser la croix, et pour finir vous brisez le monde habitable. Car si vous enlevez Dieu, qu’est-ce que l’humanité devient? Dans quelle sorte de monde sommes-nous réduits à vivre? Notre Dieu est si loin d’être le rival de l’homme qu’il a voulu que l’homme partage sa propre nature divine et son bonheur éternel.

La Sphère et la Croix nous fait naturellement penser à l’apparition de la rue du Bac. Dans ses mains, la Vierge Marie tient une sphère surmontée d’une croix polaire. Depuis les premiers princes chrétiens, c’était l’emblème usité pour exprimer la puissance. A juste titre, on a donné à la statue de la Vierge, la représentant dans cette attitude, le nom de Vierge puissante.

La Vierge Marie porte ce globe doré surmonté d’une petite croix, pour signifier l’humanité rachetée et glorifiée, la couleur dorée évoquant la gloire et la petite croix le sacrifice rédempteur. Marie présente à Dieu cette humanité sauvée, en fonction de sa maternité spirituelle. Tantôt ses yeux sont baissés vers la terre et tantôt levés vers le ciel, jetant des regards de compassion sur le monde et vers le ciel des regards de supplication. Elle prie pour tous les hommes du monde.

Cette croix se retrouve sur le revers de la médaille miraculeuse où elle surmonte le «M», initiale de Marie. Comme la boule terrestre tenue par Marie, la ligne transversale à la base de la croix représente la terre. Ce revers évoque l’Humanité rachetée, l’Église confirmée et réunie avec Marie spirituellement sous la croix, signe du Christ Ressuscité. ■

Jean-Daniel Planchot, cm

NB :  éditoriaux en PDF dans les LETTRE(s).