Archives de catégorie : Informations

sur l’Association, la Chapelle, la vie de l’Église

La maison de la Vierge à Éphèse

Maison de la Vierge à Éphèse

Pendant des siècles, l’un des lieux les plus saints est resté caché et inconnu. Ce fut une sœur française, en 1891, qui trouva ce qui restait de la petite maison où avait vécu la Vierge Marie à Éphèse, en actuelle Turquie.

Depuis que Jésus sur la croix avait confié Marie à l’apôtre Jean, les deux selon une antique tradition se sont installés à Éphèse, où ils ont vécu pendant plusieurs années. Mais personne ne savait où se trouvait la maison.

Arriva à cet endroit la Sœur Marie de Mandat-Grancey (1837-1915), une religieuse profondément dévote envers la Vierge Marie. Élevée dans une famille noble, elle était entrée chez les Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul (comme Sainte Catherine Labouré, qui a eu la révélation de la Médaille Miraculeuse).

Pendant plusieurs années, jusqu’en 1886, elle se consacra aux petits orphelins (nombreux dans les années de pauvreté et de guerre), puis elle quitta l’Europe en réponse à un appel lancé par Pape Léon XIII, qui exhortait les missionnaires français à offrir de l’aide au Moyen-Orient. Elle fut affectée à un hôpital français de Smyrne (aujourd’hui Izmir, en Turquie).

Enthousiasmé par les écrits de la mystique allemande Anne-Catherine Emmerich (1774-1824) sur la vie de Vierge Marie et de Saint-Jean à Éphèse, elle fut convaincue, sur la base de ses visions, de la nécessité d’identifier et d’honorer ce lieu sacré. Il poussa deux prêtres amis à lire le même écrit de la bienheureuse Emmerich.

Autel dans la maison de la Vierge à Éphèse. J’ai eu le bonheur d’y célébrer personnellement la messe à la mi-août 1972. (P. J.-Daniel Planchot)

En Juillet 1891, se lança la première expédition de recherche pour trouver la « maison de Marie ». Sœur Marie, les deux prêtres et des guides locaux commencèrent à voyager à dos d’âne en se servant du livre des révélations privées de la mystique allemande comme d’une carte. Les résultats ne tardèrent pas à arriver.

Le 29 Juillet, les archéologues identifièrent les ruines d’une maison du premier siècle, avec une église du IVe siècle construite au-dessus. Ayant un sens très pratique, Sœur Marie assura l’achat de la maison et de ses propriétés (15 novembre 1892), en dépit de nombreux obstacles.

Puis elle travailla sans relâche pour restaurer la maison et en faire un lieu de pèlerinage. Sœur Marie vécut dans cette région, prenant soin des chrétiens et des musulmans en fin de vie.

Lors de la restauration, ont été retrouvées trois pierres du foyer, que l’on croyait construit par l’apôtre même. La pierre angulaire a été donnée à la chapelle de la famille de Mandat-Grancey en France en reconnaissance de la vie de sainteté de sœur Marie qui a mené une vie caractérisée par le détachement, les vertus d’obéissance et de charité.

Le 21 Janvier 2011 a été ouverte sa cause de béatification. Le Pape Léon XIII encouragea les visites sur le site de la Maison de Marie (Meryem Ana Evi en turc), en le déclarant lieu de pèlerinage (visité et honoré même par les musulmans locaux). Les Papes Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI y sont venus pour se recueillir.

P. J.-Daniel Planchot, cm

note 52

Le Pape aux jeunes : en ouvrant son cœur, on peut changer le monde

«Ne jamais répondre au mal par le mal

«Le monde peut changer si nous ouvrons notre cœur aux autres.» Ce sont quelques-unes des exhortations du  Pape François à quelque 6 000 jeunes de l’expérience éducative «Graal» et «les chevaliers», reçus en audience dans la salle Paul VI, ce vendredi 2 juin 2017.

Dans un climat festif et chaleureux, le Pape s’est prêté à un exercice à lui familier, les questions-réponses avec les jeunes. Trois questions ont ainsi été posées.

A Marta, qui lui confiait avoir peur de changer de classe, le Pape François a souligné que la vie est un «continuel ‘bonjour et au revoir’». Et si quelqu’un n’apprend pas à bien prendre congé, il n’apprendra jamais à rencontrer de nouvelles personnes.

En restant assis dans un canapé, on prend le risque d’avoir peur de changer, et de se fermer l’horizon de la vie ; d’où son appel à vaincre la peur de grandir ou de changer et d’accepter le défi d’élargir ses horizons, et de cheminer avec de nouvelles personnes.

Pour changer le monde, ouvrir son cœur aux autres

«Que pouvons-nous faire, nous les jeunes, pour changer le monde qui nous entoure ?» a ensuite demandé Giulia. Avant tout, a répondu le Pape, il faut être conscient que personne n’a de «baguette magique» pour changer le monde. «On change le monde en ouvrant son cœur, en écoutant les autres, en recevant les autres, en partageant les choses. (…) Changer le monde avec de petites choses de chaque jour, avec la générosité, le partage, en créant des attitudes de fraternité.»

Le Pape a donc enjoint les jeunes à ne pas répondre au mal par le mal, ni de répondre aux insultes. « nous a demandé de prier pour tout le monde, aussi pour nos ennemis. Ainsi, en priant pour tous, nous pouvons changer le monde».

La souffrance d’un enfant ne peut s’expliquer

Est ensuite venu le tour de Tanio, un jeune Bulgare adopté par une famille italienne, qui a raconté avec simplicité et sobriété sa bouleversante histoire ; et de demander au Pape comment croire en Dieu lorsqu’un enfant se voit privé des êtres qui lui sont chers.

Le pape, visiblement ému, a confié qu’il n’est «pas possible de trouver d’explications rationnelles devant la souffrance d’un enfant.»

«Quand je me pose cette question dans la prière, ‘pourquoi les enfants souffrent-ils ?’ Je me la pose après avoir visité des hôpitaux pédiatriques, et j’en sors avec le cœur très attristé, le Seigneur ne me répond pas.  Je regarde seulement le crucifix. Si Dieu a permis que son Fils souffre ainsi pour nous, alors i doit y avoir quelque chose-là qui ait du sens.»

«Cher Tanio, je ne peux pas t’expliquer le sens. Tu le trouveras, toi : dans cette vie ou dans l’autre. Mais des explications, comme on explique un théorème ou que question historique, je ne puis t’en donner.»

«Il est important que vous, jeunes garçons et jeunes filles, commenciez à comprendre ces choses, parce que cela vous aidera à bien grandir et à aller de l’avant.»

02/06/2017 source : Radio Vatican