Archives de catégorie : Informations

sur l’Association, la Chapelle, la vie de l’Église

Notre-Dame du Rosaire de Fatima

Les trois enfants de Fatima, Jacinthe, Lucie et François

LE MIRACLE ANNONCÉ POUR LE 13 OCTOBRE suscitait comme prévu un grand émoi dans tout le Portugal. Dès le matin du 12 octobre, par tous les chemins, on voyait s’avancer des foules de pèlerins disant le chapelet et chantant des cantiques.

En dépit de la fraîcheur de la saison, tous ces gens avaient décidé de passer la nuit en plein air. Toute la matinée du 13, malgré la pluie battante, les pèlerins continuèrent d’affluer. Vers onze heures, plus de soixante mille personnes, trempées par la pluie qui tombait, avaient envahi la Cova. Lorsque les voyants parurent, il fallut empêcher la foule de les écraser.

ARRIVÉS À L’ENDROIT DE L’APPARITION, les enfants récitent le chapelet comme à l’ordinaire. Tout à coup Lucie aperçoit l’éclair et, regardant le ciel, s’écrie: “La Voici ! La Voici !” La Dame a paru sur le petit chêne vert. La foule voit se former au-dessus des enfants une nuée blanche qui s’élève trois fois dans l’air.

– Qui êtes-vous, Madame, et que voulez-vous de moi ? demande Lucie…
– Je suis Notre-Dame du Rosaire, et je veux ici une chapelle en mon honneur, répond l’Apparition. (photo D.R.)

Soldats dans les tranchées – guerre de 1914-1918

POUR LA SIXIÈME FOIS, la Sainte Vierge recommande la récitation du chapelet et elle annonce que la guerre touche à sa fin (photo D.R.). Lucie lui ayant présenté de nombreuses suppliques, la Sainte Vierge répond : “J’en exaucerai quelques-unes, les autres non”.

Puis triste, elle ajoute : “Il faut que les hommes se corrigent, qu’ils demandent pardon de leurs péchés et qu’ils cessent d’offenser Notre-Seigneur déjà trop offensé !” Telles furent ses dernières paroles, si douloureuses que les enfants les gravèrent dans leur cœur. Comme la Dame allait partir, elle écarta les mains comme pour diriger les regards de ses trois confidents vers le soleil, devenu tout à coup visible.

“TOUT D’UN COUP LA PLUIE S’EST ARRÊTÉE et les nuages opaques depuis le matin sont dissipés. Le soleil apparaît au zénith semblable à un disque d’argent que les yeux peuvent fixer sans être éblouis, et il se met à tourner sur lui-même comme une roue de feu projetant dans toutes les directions des gerbes de lumière dont la couleur change plusieurs fois.

Le firmament, la terre, les arbres, les rochers, le groupe des voyants et la multitude immense, apparaissent successivement teintés de jaune, de vert, de rouge, de bleu, de violet. L’astre du jour s’arrête quelques instants. Puis il reprend sa danse de lumière d’une manière plus éblouissante encore.

Il s’arrête de nouveau pour recommencer une troisième fois, plus varié, plus coloré, plus brillant encore, ce feu d’artifice si fantastique qu’aucun artificier n’aurait pu en imaginer de semblable…

Tout à coup tous ceux qui composent cette multitude, tous sans exception, ont la sensation que le soleil se détache du firmament et, par bonds en zigzag, se précipite sur eux. Un cri formidable sort à la fois de toutes les poitrines…”

TOUS LES ASSISTANTS VIRENT LE PRODIGE qui dura environ dix minutes. Des gens qui se trouvaient à plusieurs kilomètres de la Cova le virent également et furent saisis d’une profonde stupeur.

Les trois voyants aperçurent la Sainte Famille qui apparaissait dans le ciel à côté du soleil pendant que s’accomplissaient les prodiges. Lucie vit Notre- Seigneur bénissant la foule, et la Sainte Vierge vêtue comme Notre-Dame des Sept douleurs et comme Notre-Dame du Mont-Carmel.

LA DAME AVAIT TENU SA PROMESSE. Elle était revenue le 13 octobre : elle avait dit son nom et confirmé son message par un miracle inouï accompli à la vue d’une foule immense. ■

P. J.-Daniel Planchot, cm
LETTRE aux associés de la Médaille Miraculeuse, n°123, page 3

L’hommage vibrant du Pape François à la figure de saint Vincent de Paul

Dans le contexte du 400e anniversaire de la famille spirituelle “vincentienne », et à l’occasion de la mémoire liturgique de saint Vincent de Paul, ce 27 septembre, le Pape François a adressé une lettre à l’intention des personnes qui, dans différents mouvements spirituels et caritatifs, suivent son exemple.

Né en 1581 près de Dax et décédé en 1660 à Paris, Vincent de Paul fut un prêtre dévoué à la cause des pauvres, des exclus, des esclaves, des galériens, plaidant leur cause auprès des puissants de son temps. C’est en 1617 qu’il allait fonder la confrérie des « Dames de la Charité », avec des dames aisées de la ville de Châtillon-sur-Chalaronne, dans l’Ain.

Ce fut le point de départ d’une série de fondations d’œuvres spirituelles et de congrégations, avec notamment en 1625 la Congrégation de la Mission (communément appelée les Lazaristes) puis en 1633 la Congrégation des Filles de la Charité.

La famille vincentienne était vouée à s’étendre sur le long terme: plusieurs siècles plus tard, au XIXe siècle, Frédéric Ozanam allait se saisir de ses intuitions en créant les conférences Saint-Vincent-de-Paul.

Dans sa lettre en hommage au grand saint français, le Pape François salue un homme «en chemin», «en constante recherche de Dieu», qui avait su «se laisser toucher par le regard d’un homme assoiffé de miséricorde et par les visages d’une famille en besoin de tout».

«Le regard de Jésus l’avait secoué, en l’invitant à ne plus vivre pour lui-même, mais à la servir sans réserve dans les pauvres, que saint Vincent allait ensuite appeler « seigneurs et maîtres ». Sa vie s’est ainsi transformée en un temps de service, jusqu’au dernier souffle. Une parole de l’Écriture lui avait transmis le sens de sa mission : « Le Seigneur m’a envoyé pour apporter aux pauvres l’heureuse annonce”.»

«Enflammé par le désir de faire connaître Jésus aux pauvres, il s’est dédié intensément à l’annonce, spécialement à travers les missions au peuple, et soignant de manière particulière la formation des prêtres.»

Saint Vincent avait fondé les « Charités » pour que des personnes plus aisées prennent soin des plus pauvres, «en vivant en communion et en mettant à disposition leurs propres biens avec joie, dans la certitude que Jésus et les pauvres sont le trésor précieux, et, que, comme il aimait le répéter, « quand tu vas vers les pauvres, tu rencontres Jésus »».

Évoquant le «grain de moutarde» semé en 1617, qui ensuite a fait germer plusieurs congrégations et fait de la famille vincentienne un «grand arbre», le Pape rappelle que saint Vincent avait conscience que la fécondité de ses œuvres ne dépendait pas de lui seul, mais ne pouvait se construire que dans l’Église, dans le Peuple de Dieu.

«J’aime bien à ce sujet rappeler son intuition prophétique de valoriser les extraordinaires capacités féminines, apparues dans la finesse spirituelle et dans la sensibilité humaine de sainte Louise de Marillac.»

Le Pape souhaite aux vincentiens que «cette année de remerciement au Seigneur et d’approfondissement du charisme soit l’occasion de se désaltérer à la source». «Quand vous rencontrez des existences fragiles, désagrégées par des passés difficiles, vous êtes à votre tour appelés à être des rochers : non pas pour sembler durs (…), imperméables aux souffrances, mais pour devenir des points d’appui sûrs, solides face aux intempéries, résistants face aux adversités».

«Que le Seigneur vous répande dans le monde comme des semences qui germent dans une terre aride, comme un baume de consolation pour celui qui est blessé, comme un feu de charité pour réchauffer tellement de cœurs gelés dans l’abandon et endurcis parce que rejetés.»

Rappelant que la charité est «la voie maîtresse de la doctrine sociale de l’Église»,le Pape François précise, en citant la Constitution conciliaire Lumen Gentium, que «l’Église entoure d’un soin affectueux ceux qui sont affligés par la faiblesse humaine, reconnaît dans les pauvres et dans les souffrants l’image de son fondateur, pauvre et souffrant (…) et cherche à servir le Christ en eux».

«Saint Vincent a traduit tout cela avec sa vie et parle donc encore aujourd’hui à chacun de nous et à nous comme Église. Son témoignage nous invite à être toujours en chemin, prêts à nous laisser surprendre par le regard du Seigneur et par sa Parole.»

Évoquant la Journée mondiale des pauvres organisé ce 19 novembre, le Pape espère que l’exemple de saint Vincent de Paul aidera chacun à «donner de l’espace et du temps aux pauvres, aux nouveaux pauvres d’aujourd’hui, aux trop nombreux pauvres d’aujourd’hui, à faire nôtres leurs pensées et leurs malaises, parce qu’un christianisme sans contact avec celui qui souffre devient un christianisme désincarné, incapable de toucher la chair du Christ.»

Le Pape «demande pour l’Église et pour vous la grâce de trouver le Seigneur Jésus dans le frère affamé, assoiffé, dépouillé de vêtements et de dignité, malade et emprisonné, mais aussi rempli de doutes, ignorant, obstiné dans le péché, affligé, agressif, acariâtre et offensant. Et de trouver dans les plaies glorieuses de Jésus la vigueur de la charité, la béatitude de la semence qui en mourant donne la vie, la fécondité de la roche blessée d’où jaillit l’eau, la joie de sortir de soi-même et d’aller dans le monde, sans nostalgie du passé, mais avec la confiance bien reposée en Dieu, en étant créatifs devant les défis d’aujourd’hui et de demain parce que, comme le disait saint Vincent, « l’amour est créatif à l’infini ».»

 

Starets Silouane du mont Athos

saint-silouaneRobuste charpentier d’un village de Russie centrale, d’une vigueur peu commune, mais affligé d’un caractère violent et querelleur,  Syméon Ivanovitch Antonov, à 26 ans, entend la voix de la Mère de Dieu qui l’appelle à revenir à lui-même. Ce paysan rustique et sensuel, né en 1866, se met donc en route pour le mont Athos en Grèce en 1892. Celui qui devient le frère Silouane connaît tout d’abord une grande joie : il a trouvé sa place sur terre. Mais cela ne dure pas et, au monastère russe Saint-Panteleimon, il va connaître des tentations. Il se désespère de constater que l’orgueil lui colle à la peau et qu’il ne peut s’en défaire. L’épreuve est longue et dure et il va se croire condamné. Le Christ lui apparaît alors et l’encourage : ‘Tiens ton âme en enfer et ne désespère pas.’ Silouane comprend qu’au fond Jésus est là. Il vivra désormais dans la douceur et la prière continuelle, priant pour le monde entier et diffusant la paix autour de lui jusqu’à sa mort le 24 septembre 1938. Saint Silouane a été canonisé par le patriarche de Constantinople le 26 novembre 1987.

  • Le Saint Esprit unit tous les hommes, et c’est pourquoi les Saints nous sont proches. Lorsque nous les prions, alors, par le Saint Esprit, ils entendent nos prières et nos âmes sentent qu’ils prient pour nous.
  • Il faut prier pour nos ennemis si nous voulons conserver la grâce, car celui qui n’a pas compassion du pécheur n’a pas en lui la grâce du Saint Esprit. Louange et grâce à Dieu et à sa grande miséricorde, car il nous a accordé, à nous autres hommes, la grâce de l’Esprit Saint.
  • Grâce aux moines, la prière ne cesse jamais sur la terre, et là est leur utilité pour le monde. Le monde tient grâce à la prière. Si la prière cessait, le monde périrait.
  • Où es-Tu, ô ma lumière ? Je Te cherche avec des larmes. Tu as eu pitié de moi et Tu m’as montré ton visage. Maintenant mon âme a soif de Toi, mon Dieu ! Comme un enfant qui a perdu sa maman, elle pleure vers Toi jour et nuit et ne trouve pas la paix.
  • Seigneur, Seigneur, accorde la force de ta grâce à tous les peuples afin qu’ils te connaissent par le Saint Esprit et te louent dans la joie, puisque même à moi, impur et misérable, tu as donné la joie de te désirer. Mon âme est attirée vers ton amour, jour et nuit, insatiablement.

Saint Silouane – Ecrits spirituels