Tous les articles par P. Jean-Daniel Planchot

REGARDONS LES ÉTOILES DE NOTRE MÉDAILLE

27 MAI

REGARDONS LES ÉTOILES DE NOTRE MÉDAILLE

envers grossi de la première frappe de la médaille miraculeuse en 1832 de chez Vachette
envers grossi de la première frappe de la médaille miraculeuse en 1832 de chez Vachette

Les douze étoiles qui figurent sur la Médaille n’en constituent pas seulement un ornement des plus gracieux ; elles ont un symbole très précis. Ces étoiles nous rappellent les douze apôtres, les saints qui, à leur exemple, ont obtenu par Marie la couronne de gloire. La Sainte Vierge est, en effet, la Reine des Apôtres.

Sans doute, elle n’a pas été ordonnée comme eux, mais elle a été éminemment associée à l’acte de la Rédemption, qui est l’essentiel de la fonction sacerdotale de Jésus-Christ. Après la mort de son Fils, elle est en quelque sorte chargée de l’Église qui s’organise. Elle prie au cénacle avec les apôtres et les disciples, elle reçoit avec eux l’Esprit-Saint qui va les embraser du feu de l’apostolat.

Impossible de vivre dans l’intimité de Marie sans devenir apôtre, sans désirer que le Règne de Dieu s’accomplisse, sans chercher à le réaliser. Mais n’oublions pas que c’est elle par excellence qui forme aux rudes tâches de l’apostolat. L’apôtre doit lutter continuellement contre l’esprit du mal ; or, c’est l’Immaculée qui lui écrase la tête.

Cette victoire-là n’est que la première de toutes celles que doivent remporter les apôtres de tous les temps. Appelons donc toujours Marie à notre secours lorsque nous voulons gagner, ramener, conquérir les âmes à Dieu. Prions-la souvent de bénir tous les ouvriers apostoliques, tous les artisans des mouvements d’Église, afin que soit hâté le Règne du Christ !

PRIÈRE

O Marie, Reine des Apôtres, les étoiles de votre Médaille chantent à leur manière la nécessité d’être apôtres nous aussi et d’aller chercher les âmes déchristianisées ou même païennes, si nombreuses dans notre entourage, pour leur faire connaître votre divin Fils et les mettre ainsi sur la route du ciel.

Aidez-nous, ô bonne Mère, à travailler de tout notre pouvoir à cette conquête des âmes ; faites-nous comprendre qu’un chrétien ne peut pas se sauver seul et qu’il doit avoir la hantise du salut de ses frères. Ainsi soit-il !

Ô MARIE CONÇUE SANS PÉCHÉ, PRIEZ POUR NOUS, QUI AVONS RECOURS A VOUS !

+P. BAETEMAN

Neuvaine de la Visitation 5

Cinquième jour de la neuvaine

– Marie, Mère de l’Espérance

Visitation vitrail cathédrale de Chartres

Sainte Marie, quand, remplie d’une sainte joie, vous avez traversé en hâte les monts de Judée pour rejoindre votre parente Élisabeth, vous êtes devenue l’image de l’Église à venir qui, dans son sein, porte l’espérance du monde à travers les monts de l’histoire.

« La décision. Marie ne vit pas « pressée », dans l’anxiété, mais, comme le souligne Luc, « elle méditait toutes ces choses en son cœur » (Lc 2,19). Pape François le 31 mai 2013

Et même au moment décisif de l’Annonciation de l’ange, elle demande : «Comment cela sera-t-il ? » (Lc 1,14). Mais elle ne s’arrête pas non plus au moment de la réflexion ; elle fait un pas en avant : elle décide. Elle ne vit pas dans l’urgence, mais simplement lorsque c’est nécessaire, « elle part en hâte ».

Je vous supplie de venir visiter avec Jésus tout mon être, afin que je devienne fécond d’une véritable vie en Dieu. Amen.

« Marie est attentive à Dieu, elle écoute Dieu. Mais Marie écoute aussi les faits, c’est-à-dire qu’elle lit les événements de sa vie, elle est attentive à la réalité concrète et elle ne s’arrête pas à la superficie des choses, mais elle va en profondeur pour en saisir la signification. Sa cousine, Élisabeth, qui est déjà âgée, attend un enfant : voilà le fait. Mais Marie est attentive à sa signification, elle sait la saisir : « Rien n’est impossible à Dieu » (Lc 1,37). Pape François le 31 mai 2013

Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous !

Prières quotidiennes

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

Ouverture de la Neuvaine pour la Pentecôte

Ouverture de la Neuvaine pour la Pentecôte

miniature Pentecôte Stefano da Verona
miniature Pentecôte Stefano da Verona

Entre le temps de l’Ascension et de la Pentecôte, l’Église, en prière avec la Vierge Marie et les Apôtres, invite chaque fidèle à invoquer plus spécialement l’Esprit-Saint. La Sainte Écriture atteste que, durant les neuf jours qui séparent l’Ascension de la Pentecôte, les Apôtres « d’un seul cœur participaient fidèlement à la prière, avec quelques femmes, dont Marie, la Mère de Jésus » (Actes 1, 14), en attendant d’être « revêtus d’une force venue d’en haut » (Luc 24, 49).

Crainte de Dieu, piété, science, force, conseil, intelligence, et sagesse sont les 7 dons de l’Esprit Saint que nous demandons. Chaque jour, cette neuvaine nous offre une méditation sur l’un de ces dons. N’ayons pas peur de saisir les grandes grâces qui nous sont offertes en faisant cette neuvaine…

Cette neuvaine à l’Esprit-Saint permet particulièrement :

  • De mieux connaitre la Volonté de Dieu, mieux discerner nos vocations
  • D’ouvrir nos cœurs aux sept dons sacrés de l’Esprit Saint 
  • D’avoir une vie vraiment animée de l’intérieur par les trois personnes trinitaires

la neuvaine

  • Jour 1 : Pour demander le don de Crainte de Dieu
  • Jour 2 : Pour demander le don de Piété
  • Jour 3 : Pour demander le don de Science
  • Jour 4 :  Pour demander le don de Force
  • Jour 5 :Pour demander le don de Conseil
  • Jour 6 : Pour demander le don d’Intelligence
  • Jour 7 : Pour demander le don de Sagesse
  • Jour 8 : Supplication
  • Jour 9 : Offrandes

Prière de la neuvaine :  Veni Sancte Spiritus

Viens, Esprit-Saint, et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière !
Viens en nous, Père des pauvres, viens dispensateur des dons, viens, lumière des cœurs.
Consolateur souverain, hôte très doux de nos âmes adoucissante fraîcheur.
Dans le labeur, le repos, dans la fièvre, la fraîcheur, dans les pleurs, le réconfort.
O lumière bienheureuse, viens remplir jusqu’à l’intime le cœur de tous tes fidèle
Sans ta puissance divine, il n’est rien en aucun homme, rien qui ne soit perverti.
Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé.
Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé
A tous ceux qui ont la foi et qui en toi se confient donne tes sept dons sacrés.
Donne mérite et vertu, donne le salut final donne la joie éternelle.

Nous vous adorons, ô Jésus dans l’Eucharistie.
Vous avez promis de nous envoyer le Saint-Esprit,
vous avez déclaré à vos Apôtres :
“Il est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas,
je ne pourrai pas vous envoyer le Saint-Esprit”.
Toutes les paroles qui sont sorties de vos lèvres seraient mortes pour nous
si le Saint-Esprit ne nous donnais pas l’intelligence.
C’est pourquoi vous ajoutiez à vos apôtres ;
“c’est Lui qui mettre en mémoire,
qui vous fera comprendre tout ce que Je vous ai dit.”
Esprit Saint, crées en nous un cœur nouveau;
c’est vous qui pouvez faire cette transformation d’un cœur tout brûlant d’amour.

Prière à l’Esprit sanctificateur

Ô Esprit sanctificateur, je me prosterne devant Vous et je Vous adore dans le plus profond anéantissement de mon âme. Je Vous remercie de toutes les grâces que Vous m’avez faites jusqu’à ce jour, et je Vous demande pardon d’y avoir si mal correspondu.

Ô Esprit-Saint, n’ayez pas égard à mes péchés, mais seulement à Votre infinie miséricorde et à Votre désir si ardent de me sanctifier. Je veux désormais Vous contenter pleinement. Par le passé, j’ai été un pécheur ingrat, mais il n’en sera plus ainsi à l’avenir. Je renonce dès maintenant au péché et à toutes les affections terrestres, je veux me consacrer entièrement à Votre amour.

Mais je ne puis rien par moi-même. C’est à Vous, ô Esprit sanctificateur, d’opérer cette grande merveille de faire de moi un saint. Cela ne Vous est pas difficile. Vous avez fait dans le passé de si admirables chefs-d’œuvre de sainteté.

N’est-ce pas Vous qui avez formé le corps et l’âme adorables de Jésus-Christ, chef et modèle de tous les prédestinés ? N’est-ce pas Vous encore qui avez mis à l’abri de toute souillure l’âme de la très Sainte Vierge Marie, et L’avez élevée à la plus haute sainteté ?

Et, dans le cours des siècles, combien d’âmes Vous avez préservées du péché, ou purifiées après leurs fautes, pour les conduire ensuite, par Vos dons divins, jusqu’au sommet de la perfection ! Ô Saint-Esprit, ce que Vous avez fait pour d’autres, Vous pouvez le faire aussi pour moi. Non seulement Vous le pouvez, mais Vous le voulez : c’est là Votre mission spéciale, faire de nous des saints.

Ayez donc pitié de moi, pauvre pécheur; ne me rejetez pas, quelque indigne que je sois de Vos bontés. Je ne veux plus mettre obstacle aux opérations de Votre grâce ; je me livre à elle sans réserve. Lavez-moi dans les larmes de la pénitence et dans le sang de Jésus-Christ. Éclairez-moi de Vos divines lumières. Embrasez-moi des saintes ardeurs de la charité.

Donnez-moi l’amour de l’oraison et de toutes les vertus que Vous voulez voir en moi. Ô Père des pauvres, ô Dispensateur des dons célestes, exaucez mon humble prière ; je Vous en conjure, par les mérites du Rédempteur et par l’intercession de Votre chère Épouse, la Sainte Vierge Marie.

Faites que je sois tout à Vous comme Vous voulez être tout à moi. Conduisez-moi Vous-même au séjour des bienheureux, afin qu’après Vous avoir beaucoup aimé sur la terre, je continue à Vous aimer dans le ciel, conjointement avec le Père et le Fils, pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Un Pater, un Ave, et 3 Gloria Patri.

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse