Tous les articles par P. Jean-Daniel Planchot

La nativité de Marie

Anne et Marie LETTRE 93
Anne et Marie LETTRE 93

Depuis le Ve siècle est vénéré à Jérusalem le lieu où, selon la tradition, est née la Vierge Marie.

Saint Jean Damascène a célébré ce mystère :

«Venez tous : avec allégresse
fêtons la naissance de la joie du monde entier !
Aujourd’hui, à partir de la nature terrestre,
un ciel a été formé sur la terre.
Aujourd’hui est pour le monde
le commencement du salut.»

Si ce commencement tient à la maternité de Marie, on peut dire que la naissance de la Mère Immaculée de Dieu a fait lever sur le monde l’espérance et l’aurore du salut. Dès son apparition sur terre, Marie occupe une place privilégiée dans le dessein de Dieu : elle est «la Vierge qui enfantera un fils» (Matthieu 1, 22-23) ; celle de qui doit venir le soleil de justice, le Christ notre Dieu. C’est pourquoi nous célébrons sa naissance dans la joie et en attendons pour le monde un surcroît de paix (Michée 5, 1-4).

Voir aussi :
https://www.medaille-miraculeuse.fr/billet/nativite-de-marie-2.html
https://www.medaille-miraculeuse.fr/meditation/ainsi-est-nee-marie.html
https://www.medaille-miraculeuse.fr/editorial/nativite-de-marie.html

ÉVANGILE DE LA NATIVITÉ DE SAINTE MARIE (apocryphe)

Ce dimanche 9 septembre, lors de l’Angelus, Benoît XVI s’est exprimé ainsi :

Prions maintenant la Très Sainte Vierge Marie, dont nous avons célébré hier la Nativité. En raison de son rapport singulier avec le Verbe incarné, Marie est pleinement « ouverte » à l’amour du Seigneur, son cœur est constamment à l’écoute de sa Parole. Que son intercession maternelle nous obtienne de faire l’expérience, chaque jour, dans la foi, du miracle de l’«effatà», (ce qui signifie : « Ouvre-toi »), pour vivre en communion avec Dieu et avec nos frères.

ÉLEVÉE AU CIEL

L’Assomption - Le Greco (1541-1614), Art Institut, Chicago
L’Assomption – Le Greco (1541-1614), Art Institut, Chicago

La Sainte Vierge, montée au ciel en corps et en âme, nous rappelle avec une force toute particulière, que la terre n’est pas notre demeure permanente, mais bien le ciel où, avec son Fils Jésus, elle nous a précédés dans la plénitude de sa nature humaine. La fête de l’Assomption en est pour nous un puissant rappel.

Non seulement notre âme a été créée pour le ciel, mais aussi notre corps qui, après la résurrection de la chair, sera accueilli et admis à participer à la gloire de l’esprit. Nous contemplons déjà aujourd’hui, pleinement réalisée en Marie, notre Mère, cette glorification totale de notre humanité qui, non seulement pour nous, mais même pour les saints, se réalisera seulement à la fin des temps. Cela convenait bien à celle qui est temple de l’Esprit Saint et tabernacle immaculé du Fils de Dieu. C’est un rappel pour nous à élever toute notre vie à la hauteur de la vie céleste qui nous attend.

L’Assomption de la Vierge Marie nous indique l’itinéraire spirituel. Notre Dame est montée au ciel en corps et en âme parce qu’Immaculée. La première condition pour arriver à Dieu est précisément la pureté totale. La Vierge nous enseigne à vivre au milieu du créé, à nous en occuper avec beaucoup de charité, sans nous y attacher. La Vierge de l’Assomption nous parle aussi d’élan vers le ciel, vers Dieu. Il faut élancer le coeur vers Dieu de toutes nos forces. Notre vie terrestre a valeur de vie éternelle pour autant qu’elle est élan vers Dieu, recherche continuelle et adhésion à sa grâce.

Marie a été élevée au ciel parce qu’elle est Mère de Dieu ; et cela évoque pour nous d’une manière particulière l’union intime à Dieu. La Vierge nous confirme donc que nous sommes créés pour être unis à Dieu ; Marie elle-même nous tend une main maternelle pour nous aider à atteindre cet idéal auquel nous sommes appelés. Le regard fixé sur elle, nous avancerons plus aisément ; elle sera notre guide, notre force et notre consolation en toutes nos luttes et difficultés. ■

Jean-Daniel Planchot

conviés à rejoindre Jésus

BENOÎT XVI a présidé l’Angélus à Castel Gandolfo en ce dimanche 22 juillet 2012. Après cette prière mariale, il a dit notamment en français :

Dans l’Évangile de ce dimanche, Jésus invite ses disciples à venir à l’écart. Dans nos vies souvent mouvementées et trop rapides, suivons Jésus qui nous convie à le rejoindre dans le calme. Au cœur de l’été, acceptons de le suivre car Il veille sur nous comme sur des brebis qui sont sans berger. Avec l’aide de la Vierge Marie, venez à la rencontre de son Fils, Lui seul peut vous redonner les forces dont vous avez besoin pour votre vie quotidienne ! Bon dimanche à tous!

© Copyright 2012 – Libreria Editrice Vaticana