Archives de catégorie : Méditation

sur un aspect de spiritualité : Christ, Vierge Marie, Église dans le monde…

DE LA MORT à LA VIE

Le Repas du Seigneur Gallas Egypte | DRDe la mort à la vie. Telle est la mystérieuse réalité où la Liturgie pascale veut nous introduire. « Voici que ton Roi vient à toi… » (Saint Matthieu 21,5). Mais le chemin qu’il a choisi est celui de la Croix. Et pour ceux qui veulent le suivre, il n’est pas d’autre chemin pour revenir au Père.

Mourir pour revivre. Seuls ceux qui s’engagent dans le goulot étroit du Calvaire connaissent, au matin de Pâques, l’éblouissante Résurrection. La Liturgie va nous le rappeler bientôt, au cours de la Veillée pascale : « Si le baptême, en nous plongeant dans sa mort, nous a ensevelis avec le Christ, c’est pour nous faire vivre d’une vie nouvelle. » (Saint Paul aux Romains 6, 4). Par la mort à la vie.

Cette assimilation aux Mystères du Christ, c’est l’Eucharistie qui la consomme. C’est pourquoi l’Eucharistie reste au centre de ce Triduum sacré.

Lire la suite →

Saint Joseph

Dans la Chapelle Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse, rue du Bac à Paris, tournons notre regard à gauche de l’autel principal. Que voyons-nous ? Saint Joseph, portant l »enfant Jésus dans ses bras. Nous célébrons le 19 mars la fête de Saint Joseph, et celle de notre pape Benoît XVI qui se prénomme aussi Joseph. Ce dernier nous demande de l’accompagner dans la prière, lors de son voyage en Afrique.

Saint Joseph - Chapelle ND de la Médaile Miraculeuse Paris1. — L’attitude fondamentale de la vie de Saint Joseph est toute de confiance et d’abandon en Dieu ; elle jaillit de sa foi. Saint Matthieu dit qu’il était « un homme juste » (1, 19) ; or la Sainte Écriture enseigne que « le juste vit de foi » (Romains 1, 17), et on peut bien affirmer qu’aucune créature — après la Sainte Vierge — n’a vécu de foi autant que Joseph. Ayant passé sa vie, en effet, dans la sphère du mystère de l’Incarnation, il a dû nécessairement traverser toutes ces obscurités qui enveloppèrent l’accom­plissement du grand mystère.

Joseph eut donc besoin d’une grande foi, continuellement nourrie de souffrance et impré­gnée d’angoisse. Les perplexités soulevées en lui par la maternité mystérieuse de Marie, la pauvreté extrême et les inquiétudes de Bethléem, les privations de la fuite en Égypte, firent gémir cet homme droit, au point qu’aux moments les plus graves, il eut besoin de l’intervention d’un Ange, pour le soutenir et l’introduire dans les profon­deurs du mystère divin qui se déroulait sous ses yeux. Et Joseph se laissa guider avec la docilité et la confiance totale d’un enfant. L’Évangile rapporte quatre faits qui en témoignent :

Lire la suite →

La Vierge de Lourdes et les malades

Benoît XVI a commencé (1) et terminé (2) ainsi la méditation* du 11 février 2009, à Rome, en cette journée mondiale du malade, évoquant la Vierge Marie et Lourdes :

piece-benoitxvi-lourdes1. « Notre rencontre prend une valeur et une signification particulière : elle a lieu à l’occasion de la Journée mondiale du malade, célébrée aujourd’hui, fête de la Bienheureuse Vierge de Lourdes. Ma pensée va à ce Sanctuaire où, à l’occasion du 150e anniversaire des apparitions à sainte Bernadette, je me suis rendu moi aussi ; et je conserve un vif souvenir de ce pèlerinage, centré en particulier sur le contact que j’ai pu avoir avec les malades rassemblés à la Grotte de Massabielle… Il est toujours émouvant de revivre en cette circonstance, ici, dans la Basilique Saint-Pierre, ce climat typique de prière et de spiritualité mariale qui caractérise le sanctuaire de Lourdes… »

2. « Mon vénéré et bien-aimé prédécesseur Jean-Paul II a voulu que la Journée mondiale du malade coïncide avec la fête de la Vierge Immaculée de Lourdes. En ce lieu sacré, notre Mère céleste est venue nous rappeler que nous ne sommes que de passage sur cette terre et que la véritable demeure définitive de l’homme est le Ciel. Nous devons tous tendre vers cet objectif. Que la lumière qui vient « d’en-Haut » nous aide à comprendre et à donner un sens et une valeur également à l’expérience de la souffrance et de la mort. Nous demandons à la Vierge de tourner son regard maternel sur chaque malade et sur sa famille, pour les aider à porter avec le Christ le poids de la Croix. A Elle, Mère de l’humanité, nous confions les pauvres, les personnes qui souffrent, les malades du monde entier, avec une pensée spéciale pour les enfants malades. Avec ces sentiments, je vous encourage tous à avoir toujours confiance dans le Seigneur et je vous bénis tous de tout cœur. »