Archives de catégorie : Méditation

sur un aspect de spiritualité : Christ, Vierge Marie, Église dans le monde…

Marie nous précède sur le chemin de la foi

Notre-Dame d'AviothComme chrétien, pourquoi est-il si important de rencontrer Marie ?

Il est important de la rencontrer parce qu’elle est comme une maman, qui nous précède sur le chemin de la foi en son fils Jésus, foi qui ouvre à l’Espérance et dilate notre cœur aux dimensions du monde.

Au début de notre pèlerinage auprès de notre mère, la Vierge Marie, peut-être est-il bon de nous rappeler que cette année a été promulguée par le Pape émérite Benoît XVI, Année de la Foi, et je voudrais aujourd’hui vous inviter à la vivre sous le signe de la joie. Cet appel à la joie peut paraître déplacé dans un monde où il y a tant de malheur et de souffrance. Autour de nous, combien de visages tendus et inquiets ? Il est vrai que les difficultés économiques, l’insécurité, les drames familiaux, les soucis de santé et de l’âge … tout cela n’est pas très réjouissant. Alors, on se contente souvent de joies artificielles où le bruit et l’agitation font oublier …. pour un moment. Notre monde manque terriblement de joie, de vraie joie, de joie simple. Le plus grave, peut-être, c’est que nos Églises sont souvent elles-mêmes bien tristes, sans enthousiasme, tiraillées par des problèmes internes.

Et, pourtant, comme chrétiens, nous sommes appelés à être les témoins de la Bonne Nouvelle en Jésus Christ. L’Évangile de l’incarnation est un message de joie et de salut. Comme le prophétise Sophronie : « Ne craint pas, Sion ! Le Seigneur, ton Dieu est en toi … Il y aura en toi sa joie et son allégresse ». La naissance du Sauveur est une source d’immense joie car, en Marie, la joie promise à la fille de Sion trouve son accomplissement.

Il est important que la prière accompagne notre démarche car, sans la prière, l’année de la Foi n’atteindra pas son objectif qui est de fortifier la foi de chacun. Une manière toute simple et accessible à tous est de prier avec Marie le rosaire et, ainsi, de partager sa joie d’être avec Jésus. Voilà une école de la joie toute évangélique : méditer avec Marie les joies de la venue du Sauveur, au-delà de la croix, la grande joie de Pâques et la joie plénière du ciel où Marie nous précède et nous attend auprès de son fils.

Demandons à Marie d’intercéder pour nous pour que, dans la force de l’Esprit Saint, nous puissions grandir dans la foi et que notre joie soit le rempart de notre foi.

« Les bergers découvrirent Marie et Joseph et le nouveau né … Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de l’enfant. Et tous ceux qui les entendirent s’émerveillèrent de ce que les bergers leur avaient dit … Marie retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur ».

L’évangéliste Luc concentre toute notre attention sur le cœur de Marie, celle qui a crû. Elle est le modèle du croyant.

« Ô Marie, Mère de tous les croyants, tu nous précèdes sur le chemin de la foi. Sois notre guide sur la route qui, par Jésus ton fils, mène à Dieu, Notre Père dans la force du Saint-Esprit. »

Homélie Notre-Dame d’Avioth, le 16 juillet 2013 

Marie aide à se laisser surprendre par Dieu

Année-de-la-foi-2012-13Lors de l’Angélus ce dimanche place Saint-Pierre devant près de 100 000 pèlerins, le Pape s’est exprimé ainsi : « Aujourd’hui, à Tarragone , en Espagne, environ cinq cents martyrs ont été béatifiés [dont 28 Filles de la Charité et 14 Prêtres de la Mission], tués pour leur foi au cours de la guerre civile espagnole des années trente du siècle dernier. Louons le Seigneur pour ces courageux témoins et pour implorer leur intercession afin de libérer le monde de la violence. Je remercie tous ceux qui viennent en grand nombre de Rome, d’Italie et de tant de parties du monde pour cette célébration de la foi dédiée à Marie notre Mère. »

Auparavant, il a présidé la messe et l’a terminée par un acte de confiance en présence de la statue de Notre-Dame de Fatima. Une célébration qui marquait le point d’orgue des deux journées mariales organisées à Rome dans le cadre de l’année de la foi. Dans son homélie, le Saint-Père a demandé à la Vierge qu’elle aide les hommes à se laisser surprendre par Dieu. « Dieu nous surprend toujours, il rompt nos schémas, bouleverse nos projets. »

MESSE POUR LA JOURNÉE MARIALE
À L’OCCASION DE L’ ANNÉE DE LA FOI

HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS

Place Saint-Pierre à Rome
Dimanche 13 octobre 2013

Dans le Psaume, nous avons récité : « Chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles » (Ps 97, 1).

Aujourd’hui nous sommes devant une des merveilles du Seigneur : Marie ! Une créature humble et faible comme nous, choisie pour être Mère de Dieu, Mère de son Créateur.

En regardant justement Marie, à la lumière des lectures que nous avons écoutées, je voudrais réfléchir avec vous sur trois réalités : La première, Dieu nous surprend ; la deuxième, Dieu nous demande la fidélité ; la troisième, Dieu est notre force.

Lire la suite →

au Sanctuaire du Divino Amore

MESSAGE DU SAINT-PÈRE FRANÇOIS

Veillée de prière au Sanctuaire du Divino Amore
pour la journée mariale – Année de la Foi

 

Samedi 12 octobre 2013

logo de l'année de la foi Chers frères et sœurs,

Je salue tous les pèlerins présents au sanctuaire du Divino Amore et ceux qui sont reliés depuis les sanctuaires mariaux de Lourdes, Nazareth, Lujan, Vailankanni, Guadalupe, Akita, Nairobi, Banneux, Czestochowa et Marian Valley.

Ce soir, je me sens uni à vous tous dans la prière du Saint Rosaire et de l’Adoration Eucharistique, sous le regard de la Vierge Marie.

Le regard ! Combien c’est important ! Tant de choses peuvent se dire avec un regard ! Affection, encouragement, compassion, amour, mais aussi réprobation, envie, orgueil et même haine. Souvent le regard dit plus que les paroles, ou dit ce que les paroles ne réussissent pas ou n’osent pas dire.

Qui la Vierge Marie regarde-t-elle ? Elle nous regarde tous, chacun de nous. Et comment nous regarde-t-elle ? Elle nous regarde comme une Mère, avec tendresse, avec miséricorde, avec amour. C’est ainsi qu’elle a regardé son Fils Jésus, à tous les moments de sa vie, joyeux, lumineux, douloureux, glorieux, comme nous le contemplons dans les Mystères du Saint Rosaire, simplement avec amour.

Quand nous sommes fatigués, découragés, écrasés par les problèmes, regardons Marie, sentons son regard qui dit à notre cœur : « Courage, mon enfant, c’est moi qui te soutiens !» La Vierge nous connaît bien, elle est une maman, elle sait bien quelles sont nos joies et nos difficultés, nos espérances et nos déceptions. Quand nous sentons le poids de nos faiblesses, de nos péchés, regardons Marie, qui dit à notre cœur : « Relève-toi, va chez mon Fils Jésus, en lui tu trouveras accueil, miséricorde, et une force nouvelle pour continuer le chemin ».

Le regard de Marie ne s’adresse pas seulement à nous. Au pied de la Croix, quand Jésus lui confie l’Apôtre Jean, et avec lui nous tous, en disant : « Femme, voici ton fils » (Jn 19, 26), le regard de Marie est fixé sur Jésus. Et Marie nous dit, comme aux noces de Cana : « Faites tout ce qu’il vous dira » (Jn 2, 5). Marie indique Jésus, elle nous invite à témoigner de Jésus, elle nous conduit toujours à son Fils Jésus, parce qu’en lui seul se trouve le salut, lui seul peut transformer l’eau de la solitude, de la difficulté, du péché, en vin de la rencontre, de la joie, du pardon. Lui seul.

« Bienheureuse parce que tu as cru !» Marie est bienheureuse par sa foi en Dieu, par sa foi, parce que le regard de son cœur a toujours été fixé sur Dieu, sur le Fils de Dieu qu’elle a porté dans son sein et qu’elle a contemplé sur la Croix. Dans l’adoration du Saint Sacrement, Marie nous dit : « Regarde mon Fils Jésus, tiens le regard fixé sur lui, écoute-le, parle avec lui. Il te regarde avec amour. N’aie pas peur ! Il t’enseignera à le suivre pour témoigner de lui, dans les grandes et les petites actions de ta vie, dans les relations de famille, dans ton travail, dans les moments de fête ; il t’enseignera à sortir de toi-même, pour regarder les autres avec amour, de même que lui t’a aimé et t’aime, non en paroles mais par les faits ».

Ô Marie, fais-nous sentir ton regard de Mère, conduis-nous à ton Fils, fais que nous ne soyons pas des chrétiens de « vitrine », mais des chrétiens qui sachent « se salir les mains » pour construire, avec ton Fils Jésus, son Royaume d’amour, de joie et de paix.

© Copyright – Libreria Editrice Vaticana