Le pape remercie la Vierge à Sainte Marie Majeure pour son voyage au Maroc

le Pape à Sainte Marie Majeure au retour du Maroc
le Pape à Sainte Marie Majeure au retour du Maroc

Ce matin, le pape François s’est rendu à la basilique Sainte-Marie-Majeure pour prier devant l’icône mariale de Salus populi Romani et la remercier pour le succès de son intense voyage apostolique au Maroc, qui s’est achevé hier soir.

Le pape a renouvelé ses remerciements à la Vierge Marie pour le succès de sa visite au Maroc. La basilique Sainte-Marie-Majeure est très appréciée du pape François. Depuis qu’il était évêque de Rome, il lui a rendu visite plusieurs fois.

La première, le lendemain de son élection au pape, le 14 mars 2013. En pratique, il s’agissait de sa première sortie du Vatican. Comme il est de coutume dans son pontificat, il s’y rend avant et après ses voyages à l’étranger. À chaque visite, il dépose un bouquet de fleurs et se recueille en prière devant l’icône de Salus populi (Salut du peuple romain), à l’intérieur de la chapelle Borghese dans la basilique.

Devant l’icône de la Vierge avec l’enfant dans ses bras, le pape voit la foi du peuple de Dieu qui, pendant des siècles, s’est resserrée autour de la Vierge en cas de besoin (par exemple, pendant les épidémies) pour implorer un signe de grâce céleste, parce que « ce qui est impossible pour les hommes n’est pas impossible pour Dieu ».

L’icône de Salus populi Romani chère aux papes et aux jésuites

Cette image sacrée a toujours été chère aux jésuites (Saint Ignace a célébré sa première messe à Sainte Marie Majeure). Pie XII lui a rendu hommage lors de la proclamation du dogme de l’Assomption en 1950.

L’icône était présente à Tor Vergata, en août 2000, à l’occasion de la Journée mondiale de la jeunesse et, à cette occasion, Jean-Paul II a voulu la confier aux jeunes avec la croix « de sorte qu’il reste aussi visiblement évident que Marie est une très puissante mère qui conduit au Christ ».

Dès le début de son pontificat, Jean-Paul II voulait une lampe à brûler jour et nuit sous l’icône de Salus populi, en témoignage de sa grande dévotion envers la Madone.