Origine de la Solennité du Corps et du Sang du Christ ou Fête-Dieu

Les racines de la fête du Saint-Sacrement ou Fête-Dieu remontent au XIIIe siècle. En 1215, devant ceux qui affirment la présence symbolique et non réelle du Christ dans l’Eucharistie, le concile de Latran IV énonce la vérité de la Transsubstantiation, que le concile de Trente en 1551 réaffirme définitivement: avec la consécration du pain et du vin, la conversion de toute la substance du pain en substance du Corps du Christ et de toute la substance du vin en substance de son Sang. En Belgique, suite aux expériences mystiques de sainte Julienne de Cornillon, une fête locale a été instaurée en 1247 à Liège.

Quelques années plus tard, en 1263, un prêtre bohémien arrivé à Bolzène fut affligé par un doute sur la présence réelle de Jésus pendant la célébration de la messe: pendant la consécration, quelques gouttes de sang sortirent de l’hostie brisée. Après cet événement, le pape Urbain IV a décidé en 1264 d’étendre la solennité du Corpus Christi à l’ensemble de l’Église.

Du jeudi au dimanche 

Au Vatican, depuis le XVe siècle, la solennité de Corpus Domini était célébrée un jeudi, en mémoire du Jeudi Saint et de l’institution de l’Eucharistie. En 2016, le Pape François décide de déplacer la traditionnelle procession au dimanche suivant, -jour officiel de la fête dans la calendrier liturgique-, afin qu’un maximum de fidèles puissent y prendre part.