Serviteur d’espérance, le Pape au Maroc

Le Pape François au Maroc
Le Pape François au Maroc

Après l’accueil à l’aéroport, la visite au mausolée de Mohammed V, puis à l´Institut Mohammed VI de formation des imams, le Pape et le Roi Mohammed VI ont eu un entretien privé ce samedi après-midi à Rabat, au terme duquel a été rendu public un appel commun pour Jérusalem :

« Reconnaissant l’unicité et la sacralité de Jérusalem et ayant à cœur sa signification spirituelle et sa vocation particulière de Ville de la Paix, nous pensons important de préserver la Ville sainte de Jérusalem comme patrimoine commun de l’humanité et, par-dessus tout pour les fidèles des trois religions monothéistes, comme lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue. »

« Dans ce but, doivent être conservés et promus le caractère spécifique multi-religieux, la dimension spirituelle et l’identité culturelle particulière de Jérusalem. Nous souhaitons, par conséquent, que dans la Ville sainte soient pleinement garantis la pleine liberté d’accès aux fidèles des trois religions monothéistes et le droit de chacune d’y exercer son propre culte, de sorte qu’à Jérusalem s’élève, de la part de leurs fidèles, la prière à Dieu, Créateur de tous, pour un avenir de paix et de fraternité sur la terre »

La nécessité d’un dialogue authentique et fraternel entre les peuples et les religions, la liberté religieuse et l’accueil des réfugiés: ce sont quelques-uns des thèmes développés par le Pape François lors de son discours aux autorités marocaines, prononcé ce samedi à Rabat.

Dans le cadre de sa visite à Rabat, le Pape François a visité en fin de journée un centre de la Caritas dans lequel sont accueillis de nombreux migrants d’Afrique subsaharienne. Pour lui, les migrants sont «l’image du Christ qui frappe à nos portes».