Messe à Sainte-Marthe au Vatican pour les malades du Covid-19

Messe à Sainte-Marthe au Vatican pour les malades du Covid-19

Pour contenir la propagation du Covid-19, le Pape a célébré la messe sans fidèles dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe pour éviter la propagation de l’épidémie. Une célébration offerte pour les malades du Coronavirus, pour ceux qui leur viennent en aide et les personnes isolées.

 

Le Pape François - lundi matin 9 mars 2020 - chapelle de la Maison Sainte-Marthe
Le Pape François – lundi matin 9 mars 2020 – chapelle de la Maison Sainte-Marthe

Dans son homélie, le Pape François a rappelé que le sacrement de la réconciliation ne consiste pas uniquement à faire la liste de ses péchés. Pour obtenir la miséricorde de Dieu, il faut aussi en ressentir de la honte. Signe de sa proximité avec les fidèles affectés par le Covid-19, le Pape a tenu à ce que ces célébrations du matin soient retransmises en direct sur le site de Vatican News, chaque matin à partir de 7 heures.

Une messe pour les malades, les soignants et les personnes isolées

Cette première messe en streaming, le Pape l’a offerte pour les «malades de cette épidémie de coronavirus, les médecins, les infirmières, les volontaires qui aident tant, les familles, les anciens qui se trouvent en maison de retraite, les détenus qui sont emprisonnés».

Cette semaine, le Pape a invité les fidèles à adresser tous ensemble cette prière «forte» au Seigneur: «Sauve-moi Seigneur, et donne-moi ta miséricorde. Mon pied est sur le bon chemin. Dans l’assemblée, je bénirai le Seigneur».

Ce dimanche, à l’issue de la prière de l’Angélus, le Pape avait déjà invité les fidèles à vivre «ce moment difficile avec la force de la foi, la certitude de l’espérance et la ferveur de la charité», en cherchant «un sens évangélique à ce moment d’épreuves et de douleur».

Une confession qui vient du cœur

Le Pape a commenté la première lecture de ce jour tirée du livre du prophète Daniel qui est une invitation à confesser ses péchés du fond de son cœur. «Seigneur, nous avons péché, nous avons commis l’iniquité, nous avons fait le mal, nous avons été rebelles, nous nous sommes détournés de tes commandements et de tes ordonnances», peut-on lire dans le livre de Daniel. Il s’agit d’une «confession des péchés.»

Un examen de conscience et la reconnaissance de ses péchés devant Dieu est une étape essentielle pour recevoir le sacrement de la réconciliation. «La reconnaissance de ses péchés ne consiste pas uniquement à lister des péchés intellectuels, à dire ‘j’ai péché’ au Père pour qu’il me pardonne.» Il n’est pas «juste» de se contenter de cela, une vraie confession vient du cœur. Et c’est ce que fit le prophète Daniel: «À toi, Seigneur, la justice ; à nous la honte au visage».

Notre honte touche le cœur de Dieu 

«Quand je reconnais que j’ai péché, que je n’ai pas bien prié, je le sens dans mon cœur, ce sentiment de honte m’envahit. J’ai honte d’avoir fait cela. Je demande pardon en éprouvant de la honte.» Cette honte est une grâce pour le chrétien. Une personne qui est dépourvue de ce sentiment perd toute autorité morale et le respect des autres. Et cela arrive également avec Dieu.

Pour «toucher le cœur de Dieu», il est nécessaire de se souvenir de ses péchés mais aussi de ressentir de la honte et «d’être confus d’avoir fait cela à un Dieu si bon, si miséricordieux, si juste» décrète le Pape selon lequel «le chemin pour aller à la rencontre de la miséricorde de Dieu est d’avoir honte des mauvaises choses que l’on a faites.» Le Pape conclut son homélie en demandant au Seigneur de concéder à tous la grâce de la honte.