MOIS DU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS CINQUIÈME JOUR

Objet spirituel de la dévotion au Sacré-Cœur

 

crèche dans la croix
crèche dans la croix

Nous avons dit que l’objet sensible et matériel de notre dévotion est le propre Cœur de Jésus. Il y a un objet spirituel qui est la partie essentielle du culte rendu à ce Cœur divin : c’est l’amour de Jésus pour nous. Voilà, dit-il, ce Cœur qui a tant aimé les hommes !

Remarquez bien ces mots : tant aimé ! Sans doute, Jésus a aimé les hommes, tous les hommes, puisqu’il est mort pour tous et qu’il n’en est pas un qui ne puisse dire : « Il m’a aimé et il s’est livré pour moi ». Mais jusqu’à quel point nous a-t-il aimés ? Qui le comprendra ? Qui le dira ? Jésus-Christ lui-même semble ne pouvoir l’exprimer.

Retracez à votre souvenir quelques-uns de ses principaux bienfaits. Rappelez-vous la Crèche, la Croix, l’Autel, oui l’Autel, ce sacrement d’amour, au moyen duquel Jésus restera avec nous jusqu’à la fin des siècles, caché sous l’apparence d’un peu de pain, enfermé dans un tabernacle comme dans une étroite maison, méprisé par les uns, oublié et abandonné presque par tous. N’est-ce pas là un Dieu qui aime infiniment ?

Et, tout Dieu qu’il est, pouvait-il faire davantage ? Oui, vraiment, il nous a aimés jusqu’à la fin, jusqu’à l’excès, jusqu’à l’épuisement, jusqu’à la folie de l’amour. Toutes ces inventions de l’amour sont sorties du Cœur de Jésus-Christ. Oui, c’est son Cœur, dit Marguerite-Marie, qui a fait la Crèche, la Croix, l’Autel ; qui a bâti l’Église, institué les sacrements ; c’est de son Cœur adorable que coulent sur nous, la vie, le mouvement, l’intelligence, la grâce.

« O Cœur sacré de mon Sauveur ! s’écrie saint François de Sales, ô source du souverain amour ! qui peut assez vous bénir ? Qui vous rendra amour pour amour ! »  Répondons par un amour réciproque à l’amour de Jésus pour nous, et, selon l’expression de sainte Madeleine de Pazzi : « Aimons l’amour ». Quoi de plus juste, de plus raisonnable, de plus salutaire ?

« Que celui qui n’aime pas Noire-Seigneur soit anathème ! » C’est l’apôtre saint Paul qui prononce ces foudroyantes paroles. Pour nous, aimons de toutes nos forces Celui qui nous a aimés sans mesure.

Que l’amour pour Jésus soit en nous un feu consumant qui dévore tout lien d’affection aux créatures et nous permette de porter à toutes les puissances du monde et de l’enfer le défi du môme apôtre : « Qui donc sera capable de me séparer de Jésus-Christ ? Ni la tribulation, ni l’angoisse, ni la faim, ni la nudité, ni les dangers, ni la persécution, ni le glaive, rien, non rien ne pourra me ravir son amour. »

O Jésus ! je vous aimerai toujours, toujours !

PRIÈRE

O Cœur de Jésus ! agrée les hommages de mon cœur saisi d’admiration et de reconnaissance à la pensée de ton immense amour pour nous. Fais par ta grâce que, t’aimant de l’amour le plus tendre, le plus généreux, j’obtienne de ton infinie bonté de te glorifier et de t’aimer à jamais dans le Ciel avec les Anges et les Saints. Ainsi soit-il.

+P. Martin BERLIOUX