MOIS DU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS SIXIÈME JOUR

Actualité de la dévotion au Sacré-Cœur

 

Bas-relief en marbre représentant l'apparition du Christ à Sainte Marguerite Marie à Paray-le-Monial, situé sous le porche  de l'église actuelle de Saint Germain du Crioult.
Bas-relief en marbre représentant l’apparition du Christ à Sainte Marguerite Marie à Paray-le-Monial, situé sous le porche de l’église actuelle de Saint Germain du Crioult.

Le Sauveur m’a donné à connaître, dit la Bienheureuse Marguerite-Marie, qu’il voulait que son Cœur fût connu à présent, pour être le médiateur entre Dieu et les hommes, détournant les châtiments que nos péchés ont attirés sur nous. Qu’il est puissant le divin Cœur pour apaiser la justice divine irritée par nos iniquités, et nous obtenir miséricorde !

— Oui, le Sacré-Cœur est ce qu’il faut à l’Église en ces temps « où l’on rencontre tant d’hommes, dit saint Paul, amateurs d’eux-mêmes, cupides, orgueilleux, sans reconnaissance et sans affection, impatients de tout joug et asservis aux plus ignominieux penchants. » L’Europe entière, la France même, semble gangrenée jusqu’au cœur : donc, pour échapper à la mort, il faut que les fidèles aillent chercher la vie dans le Cœur du Roi des Cieux.

« La société actuelle, s’est écrié Pie IX, ne peut être sauvée que par le Sacré-Cœur » et un spirituel a écrit : « Le culte du Sacré-Cœur a été réservé à ces derniers âges comme un gage d’amour divin qui veut se produire par les plus larges effusions, à mesure que le monde approche de son terme. Ce culte est le bouclier de la foi et l’aliment de la piété, au milieu des erreurs et des désordres de ce siècle ».

Aussi que voyons-nous, qu’entendons-nous autour de nous ? Un mouvement toujours actuel se produit et pousse  les fidèles à pratiquer cette dévotion providentielle : des milliers de pèlerins de tout rang, de tout pays, vont à Paray-le-Monial, s’agenouiller sur la tombe de la Bienheureuse Marguerite-Marie ; beaucoup d’évêques ont consacré leur diocèse à ce divin Cœur ; la France a fait le Vœu solennel réalisé de lui élever un temple splendide, à Paris, sur les ruines fumantes de Montmartre ; enfin, Pie IX cédant aux instance qui lui arrivaient de tous les points de la catholicité, a ordonné que l’Église entière fut consacrée au divin Cœur, le 16 juillet 1875, jour anniversaire de son apparition à Marguerite. Comme chacun se sent fortement pressé de redire cette parole si souvent répétée : C’est le Cœur de Jésus qui nous sauvera !

Entrons dans ce courant de foi, c’est la voie du salut. Rester étranger à cette grande manifestation ne serait-ce pas fermer son cœur ! Unissons-nous plutôt, et que toutes nos prières, nos bonnes œuvres montent ensemble au Cœur de Jésus, pour hâter le salut de l’Église et de notre monde.

Dieu de clémence, ô Dieu vainqueur ! Sauve notre monde par ton Sacré-Cœur !

PRIÈRE

O Jésus ! notre aimable et adorable Rédempteur, les trésors infinis de ton Sacré-Cœur n’avaient pas encore été assez connus. Tu réserves encore cette faveur à notre temps où, par un effet de ta charité, il te plait de manifester aux hommes, les richesses enfermées dans ce Cœur divin. Sois loué et béni à jamais de cette miséricorde, et daigne nous y faire participer. Ainsi soit-il.

+P. Martin BERLIOUX