MOIS DU SACRE-CŒUR DE JÉSUS NEUVIÈME JOUR

La Couronne d’épines du Cœur de Jésus

 

Vitrail – Cœur Sacré de Jésus couronné d’épines

Si vous considérez attentivement l’image du Cœur de Jésus, vous le verrez entouré d’une couronne d’épines. C’est ainsi qu’il se montre à la vierge Marguerite-Marie. Au jour de la Passion, ses bourreaux tressèrent une couronne d’épines et l’enfoncèrent avec violence sur sa tête. Ce fut là sans doute un des plus cruels supplices, un des plus sanglants outrages.

« Nous l’avons vu et nous ne l’avons pas reconnu, » s’écriait le Prophète. Mais, croyez-le bien, tous ces tourments partaient du Cœur de Jésus et y retombaient comme un poids écrasant. Car le siège de la souffrance comme de l’amour, c’est le cœur. La couronne d’épines déchirait donc son Cœur avant de pénétrer cruellement dans sa tête.

« Et les épines, dit un pieux auteur, c’étaient nos innombrables péchés dont il avait pris sur lui l’expiation ; les épines, c’était l’ingratitude des hommes qui méconnaîtraient sa tendresse ; les épines, c’était la multitude de ceux qui devaient se perdre malgré tous ses efforts pour les sauver ». Oui, tous les péchés, tous les crimes du monde entier sont autant d’épines acérées qui percent et déchirent cet adorable Cœur.

Quel abîme de souffrances ! quel douloureux martyre ! Néanmoins, Jésus accepte avec résignation cette sanglante couronne par amour pour nous. Qu’il est beau ce Cœur ainsi couronné d’un diadème royal, ainsi déposé sur l’autel de la Croix, ainsi consumé comme victime perpétuelle par le feu sacré de son amour I

Comme cette couronne d’épines parle plus éloquemment à mon âme qu’une couronne de roses, et m’apprend à connaître la brûlante charité de ce Cœur! Avec quels transports je m’écrie : Cœur de Jésus, déchiré par les épines, prends pitié de moi !

Jésus nous apprend par ce mystère que la dévotion à son divin Cœur n’est pas une dévotion de sentiment, mais une dévotion qui doit produire l’amour de la Croix et de la souffrance adjointe ; car, dit saint Bernard, c’est une honte d’être un membre délicat, douillet, sous un Chef couronné d’épines.

C’est un contraste révoltant que le Saint des saints soit dans la douleur et moi dans les délices ; que Jésus livre sa tête et son Cœur aux épines ; et que moi je ne cherche que les plaisirs de ce monde. — Ce mystère nous apprend aussi l’humilité.

Car la couronne d’ignominie que porte Jésus est la condamnation de cette couronne d’orgueil et d’ambition qui excite nos convoitises. Il a voulu nous montrer combien il aime les âmes humbles qui font le bien en secret et ne recherchent plus le regard des autree et la renommée humaine, parce que la vertu leur suffit.

O Jésus, couronné d’épines, grave profondément ces sublimes leçons dans mon cœur et dans mon âme.

PRIÈRE

O Jésus couronné d’épines ! je recevrai désormais avec patience les peines intérieures ou extérieures  à subir, la nature pourra murmurer et je dirai peut-être comme toi, au Jardin des Oliviers : « Père, que ce calice s’éloigne de moi ! » Mais l’amour me fera vite ajouter : « Non ma volonté, mon Dieu, mais la tienne.» Ainsi soit-il.

+P. Martin BERLIOUX