MOIS DU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS ONZIÈME JOUR

Les flammes du Cœur de Jésus

Cœur de Jésus brulant d'amour
Cœur de Jésus brulant d’amour

Ce qui frappe le plus quand on considère le Cœur de Jésus, c’est bien certainement la flamme qui le consume et qui l’environne. On voit que cette flamme mystérieuse ne peut être contenue dans le Cœur même qui brûle ; elle s’échappe par la blessure, autour de la Croix, à travers les épines ; elle l’enveloppe, le pénètre entièrement.

En un mot, c’est un Cœur brûlant, un Cœur enflammé. Et quel est ce feu sacré qui consume ainsi le Cœur de Jésus ? Évidemment c’est l’amour qu’il a pour nous. « Je suis venu, dit-il, jeter le feu de la charité sur la terre, et je veux en embraser le monde entier. »

Ouvrant un jour sa poitrine à Marguerite-Marie, il lui dit : « Mon Cœur passionné d’amour pour les hommes ne peut plus contenir les flammes de sa charité : il faut qu’Il se manifeste à eux pour les enrichir des trésors qu’il renferme. » Dans une autre circonstance, ouvrant encore l’intérieur de ce Cœur adorable, il le lui montre comme une fournaise ardente que les flammes embrasent.

L’amour ! voilà donc la vie du Cœur de Jésus. Il a été le principe de tous ses mouvements, de toutes ses douleurs, de toutes ses palpitations. C’est l’amour qui l’a fait naître, agir, souffrir, pleurer ; c’est l’amour enfin qui l’a fait mourir. Mais c’est surtout l’amour qui l’a porté à se donner à nous dans la divine Eucharistie,  à vouloir être notre hôte, notre compagnon, notre Emmanuel, notre breuvage, notre nourriture.

O Seigneur, s’écriait sainte Gertrude, si les hommes savaient combien tu les aimes, si tu leur découvrais les richesses immenses de ton Cœur, ils tomberaient tous à tes pieds et n’aimeraient que toi. Mystère de chanté infinie ! Abîme d’amour !

Que répondriez-vous à Jésus si ce bon Maître vous disait comme à son disciple : M’aimes-tu ? Me rends-tu cœur pour cœur, amour pour amour ! Que pouriez-vous lui répondre ? Examinez votre propre cœur et voyez s’il bat d’amour pour Jésus.

Hélas ! il n’a peut-être d’affection que pour la mondanité. Qu’il y a peu d’âmes généreuses I peu de cœurs vraiment à Dieu et tout à Jésus- Christ ! Qu’il y en a peu qui aiment l’Amour ! Comment ne pas aimer ce qui est si aimable ?

Demandons-lui un amour tendre pour aimer, fort pour souffrir, confiant pour nous appuyer tour à tour sur son Cœur et sur sa Croix. Cœur de Jésus, flamme céleste, feu divin, consume en moi tout ce qui n’est pas pur, afin que mes affections soient toutes pour toi. Que je ne vive plus que d’amour et que je meure d’amour.

PRIÈRE

O Cœur de Jésus, tu nous aimes toujours malgré nos offenses et nos innombrables iniquités. En toi l’amour est plus fort que la mort. Fais par ta grâce quet’aimant aussi de l’amour le plus ardent, nous obtenions le pardon de nos fautes, la persévérance finale et la félicité éternelle. Ainsi soit-il.

+P. Martin BERLIOUX