MOIS DU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS QUINZIÈME JOUR

Quatrième désir du Cœur de Jésus : LE SOULAGEMENT DES ÂMES DU PURGATOIRE.

 

LE Cœur de Jésus ne saurait être insensible aux souffrances de ces pauvres âmes ; carce sont ses élus, ses enfants chéris, les héritiers de sa gloire, appelés à le bénir éternellement dans le Ciel, ses épouses qu’il aime tendrement.

le tartare, image de la Parousie au tympan de Conques
le tartare, image de la Parousie au tympan de Conques

S’il pouvait souffrir, il mourrait encore pour leur ouvrir le paradis et pour retenir la force de son amour, il faut toute la sagesse et toute la miséricordieuse justice d’un Dieu qui a horreur de la moindre tache. Il ne peut plus souffrir, il ne peut plus mourir ; mais du Tabernacle où l’amour le rend présent, il excite tous les fidèles de la terre à penser aux âmes du Purgatoire, à faire descendre par leurs prières et leurs sacrifices le rafraîchissement et la paix.

Un jour, il dit à sainte Gertrude : « Toutes les fois que tu délivreras une âme par l’offrande du saint Sacrifice, cela m’est aussi agréable que si tu me rachetais moi-même de la captivité, et je saurai bien t’ en récompenser ».

— De l’autel où il s’immole, Jésus prie lui-même, il ne veut pas que son sacrifice soit offert une seule fois, sans que son Église souffrante n’en ressente les effets : c’est le Memenlo des morts. Bien plus, et admirons ici les façons du Cœur de Jésus, il réunit en un seul trésor tous ses mérites, tous ceux de sa divine Mère et des Saints et il veut que les fidèles puissent y puiser à pleines mains, afin d’acquitter les dettes des âmes captives.

Sitôt qu’elles sont délivrées, il vient lui-même les chercher, il accourt au-devant d’elles, il les introduit dans la Jérusalem .céleste et les inonde d’un torrent de délices. Alors, revêtues de la robe nuptiale, elles peuvent suivre l’Agneau et s’unir au chœur des élus pour chanter : « A Celui qui est assis sur le trône, honneur, gloire et puissance dans les siècles des siècles. »

Et maintenant, notre cœur restera- t-il insensible aux souffrances des âmes du Purgatoire ? Pourra-t-il se fermer aux supplications de ces captives qui demandent la liberté, de ces pauvres exilées qui réclament leur patrie ? Du fond de leur abîme, elles crient vers nous : Ayez pitié de nous, vous du moins qui êtes nos amis ! Ne l’oublions pas, c’est un père, c’est une mère qui souffrent.

C’est un frère, c’est une sœur que nous avions juré de n’oublier jamais. C’est un ami qui nous a beaucoup aimés et qui n’a plus d’espoir qu’en nous. Hâtons-nous de satisfaire pour eux à la justice divine par nos prières, par nos bonnes œuvres, par l’offrande du saint Sacrifice, par la communion, par les indulgences. Introduits dans le ciel par nos suffrages, ils deviendront nos plus puissants intercesseurs. Que c’est une sainte et salutaire pensée de prier pour les morts !

Cœur de Jésus, donne-leur le repos éternel !

PRIÈRE

O Seigneur Jésus ! ces pauvres âmes sont à toi et toiaiement encore dans les flammes du Purgatoire, délivre-les par les mérites de votre croix et de ton divin Cœur. Délivre surtout les âmes de mes parents, de mes amis, de mes bienfaiteurs. Unies aux concerts des Anges, elles te loueront durant les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

+P. Martin BERLIOUX