Neuvaine de la Transfiguration 9

Neuvième jour de la neuvaine – Jésus sanctifie tout l’univers par sa lumière

transfiguration du Christ Raphaël détail Pinacothèque du Vatican
transfiguration du Christ Raphaël détail Pinacothèque du Vatican

Le mystère de la Transfiguration a encore un autre aspect que les textes scripturaires de la fête n’indiquent pas clairement, mais que les chants liturgiques soulignent.

«Pour montrer la transformation de la nature humaine…lors de ton second et redoutable avènement… Sauveur…tu t’es transfiguré… ô toi qui as sanctifié tout l’univers par ta lumière..»

Ces paroles, que nous chantons, font allusion au caractère cosmique et eschatologique de la Transfiguration. La nature entière – qui maintenant subit les conséquences du péché, cause du mal physique – sera affranchie, renouvelée, lorsque le Christ reviendra glorieusement, à la fin des temps.

Cette transformation du monde, est proposée à notre croyance, à notre espoir, à notre attente.

Il faut se garder toutefois d’exagérer cet aspect de la Transfiguration au détriment des autres.  Les évangiles nous montrent que le sens premier, fondamental, de la Transfiguration concerne la personne même de Notre-Seigneur, la Transfiguration est d’abord, avant tout, la Transfiguration du Fils bien aimé.

La Transfiguration est aussi une révélation du père et de l’Esprit. Elle soulève le voile qui recouvre pour nous, en cette vie terrestre, la vie intime des trois personnes divines. Disons avec toute l’Eglise : «Tenons-nous spirituellement dans la cité du Dieu vivant et considérons avec admiration, la divinité immatérielle du Père et de l’Esprit resplendissant dans le Fils unique».

La Transfiguration est le moment intense où Jésus ne fait plus qu’un par tout son être avec la compassion du Père.

En ces jours décisifs, il est plus que jamais, transparent à sa « lumière d’amour ».
Alors, si Jésus est transfiguré, c’est que le Père fait éclater en lui sa joie.
Le rayonnement de sa lumière dans son corps de compassion, est comme le tressaillement du Père qui répond au don total de son Unique.

De là la voix : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ! Écoutez-le. »

Mon Fils, mon Fils par excellence, mon Fils propre, non un fils venant d’une autre nature et rapproché de moi par l’adoption, mais mon vrai Fils, né de mon essence, égal à moi en tout.  (Saint Léon le Grand : sermon LI 5).

Guidez-nous, fortifiez-nous, ô Fils éternel du Père. Restez avec nous. Aidez-nous à nous oublier pour dépendre de vous seul, pour tout ce que nous souhaitons résoudre et accomplir. Permettez-nous de vous regarder fixement dans la foi, de sorte que jamais nous ne soyons séparés de vous.

Gloire et louange à notre Dieu, éblouissant de sainteté!

Votre transfiguration révèle votre lumière qui veut se donner aux hommes.

Prières quotidiennes

Conclusion

Jésus « redescend de la montagne ». Il faut savoir quitter l’Intimité divine pour rejoindre la terre des hommes. Les disciples suivent mais n’ont pas vraiment compris. L’évangile qui suit le dit bien: « J’ai prié tes disciples de chasser cet esprit, mais ils ne l’ont pas pu? »… En Marc, Jésus répond: « Ce genre d’esprit rien ne peut le faire sortir sinon la prière. » (Mc 9-28,29).

Les disciples ne sont toujours pas entrés dans une véritable démarche de prière (qui est abandon: tel Jésus, il faut se laisser transformer: « il fut transfiguré! ». Les disciples vivent encore dans la « mort », dans l’obscurité, loin de La Lumière de Dieu. Avant de parler, il leur faut comprendre et pour comprendre, il leur faut renaître, il leur faut ressusciter d’entre les« morts », en prenant le chemin humble de l’abandon.

Au cœur de l’été, la fête de la Transfiguration est donc une invitation à la contemplation, à se laisser transfigurer par celui que notre amour contemple.

Donnez-nous Seigneur Jésus, de savoir vous reconnaître et contempler votre gloire, pour que nous puissions vous faire connaître à notre tour, par la joie simple et communicative de ceux qui sont entrés dans le mystère de votre miséricorde.

Voilà sans doute ce que saint Pierre a découvert, en haut de cette montagne: « pour vous faire connaître la puissance et la venue de notre Seigneur Jésus Christ, nous n’avons pas eu recours aux inventions des récits mythologiques, mais nous l’avons contemplé lui-même dans sa grandeur ».

Le meilleur moyen de faire connaître le vrai visage de notre Seigneur est de le contempler. Le poids de sa gloire, la puissance de son amour, la souffrance de son cœur, la simplicité de sa joie, ne peuvent être dites autrement qu’en gardant le silence qu’impose Jésus. Un silence qui porte à l’adoration, le silence d’où la lumière du Thabor a jailli et où elle retourne, en attendant le jour de sa pleine manifestation.

Voyant ce prodige étrange et nouveau, puis entendant la voix du Père sur le Thabor, les serviteurs du Verbe divin s’écrièrent : « Voici l’empreinte de l’original, voici vraiment notre Sauveur! »