Neuvaine de la Visitation 2

Deuxième jour de la neuvaine

– Marie, seule avec Élisabeth à connaître le Seigneur

Sainte Marie, vous apparteniez aux âmes qui, comme Anne, attendaient « la délivrance de Jérusalem » (Lc 2,38).

Sainte Marie, en visitant Élisabeth, en se mettant à son service, jusqu’à son accouchement, vous avez réellement aidé à la délivrance de votre cousine. Cette délivrance était la naissance de Jean Baptiste, une nouvelle vie qui arrivait. Bien plus, par votre visitation, vous préfiguriez, une autre délivrance : celle de tout le peuple. Car Jésus est le Rédempteur de toute l’humanité.

Marie, Mère de Dieu, faites diligence ; vous savez mieux que moi combien mon âme est indigente, affligée de plusieurs maux, d’affections déréglées, d’habitudes pernicieuses, de péchés commis : maux contagieux qui la conduisent à la mort éternelle.

Vous pouvez l’enrichir, ô trésorière de Dieu ! Et vous pouvez la guérir de toutes ses infirmités. Car je sais que c’est d’abord par les mérites de Jésus-Christ et ensuite par votre intercession que je puis être sauvé.

Visitez-moi donc pendant ma vie ; visitez-moi surtout à l’heure de la mort, parce qu’alors votre assistance me sera plus nécessaire.

Souveraine Vierge Marie, je mets en vous ma confiance ; de votre côté, veillez à mon salut. Ainsi soit-il.

Ô MARIE CONÇUE SANS PÉCHÉ, PRIEZ POUR NOUS QUI AVONS RECOURS A VOUS !

Prières quotidiennes