Saints Cyrille et Méthode

Cyrille-Constantin et Méthode
Cyrille-Constantin et Méthode

Proclamés co-patrons de l’Europe en 1980 par saint Jean-Paul II, Cyrille et Constantin sont deux frères nés en Grèce à Thessalonique au début du IXe siècle. Constantin, le cadet, recevra plus tard le nom de Méthode. Tous deux sont moines en Asie mineure. Les saints frères Cyrille et Méthode, semblables aux apôtres, ont porté l’Évangile aux Slaves.

Il faut voir la vénération des deux frères grecs qui existe en Russie, dans l’Église orthodoxe et dans les régions où domine le rite byzantin slave. Et pas seulement à Moscou, même dans la lointaine Vladivostok, ainsi qu’à Odessa et dans d’autres lieux de moindre importance.

Grandes figures missionnaires, Cyrille et Méthode sont arrivés en l’an 863 dans la Grande Moravie, une vaste région qui s’étendait autour des deux côtés du fleuve Morava et descendait vers le sud à travers la Pannonie.

Ainsi débuta leur mission pour diffuser la foi chez les peuples slaves. En 863, Ratislav, roi de la Grande Moravie, demanda tout d’abord expressément au Pape, mais sans succès, et ensuite à l’empereur byzantin Michel III, « un évêque et maître qui nous explique la foi véritable dans notre langue slave ».

En 863, l’empereur de Byzance les envoie donc porter l’Évangile en Moravie. L’annonce de la foi dans la langue connue par la population fut le point clef de la réussite missionnaire ou de son insuccès, comme elle l’est encore aujourd’hui.

Constantin et Méthode acceptèrent l’invitation à se rendre en mission, mais tout d’abord ils se préparèrent de manière appliquée et intelligente : pour accomplir leur tâche, ils traduisent les livres de la Bible et de la Liturgie dans la langue que les populations slaves comprenaient.

Ils se font linguistes afin de créer un alphabet car le « slavon » n’était qu’une langue orale. Étant donné que l’alphabet grec ne pouvait pas bien exprimer tous les sons de cette langue, ils inventèrent également l’alphabet appelé « glagolitique ».

Cyrille sera le principal artisan de cet alphabet de 38 lettres dont on tirera plus tard le cyrillique, bientôt adopté en Russie, Serbie et Bulgarie. Le Slavon demeure la langue liturgique des Églises de rite byzantin.

Ce fut un coup de génie des deux frères que d’utiliser cette méthode d’évangélisation inculturée. Pour réussir cette œuvre d’inculturation, les deux missionnaires devront venir se défendre à Rome, où on les accusait d’être hérétiques. Ils obtiendront la confiance des Papes, comme Hadrien II. Cyrille termina sa vie à Rome en 869, Méthode en Moravie en 885.

Angélus de Jean-Paul II, le dimanche 15 février 2004 et
Audience Générale de Benoît XVI, le 17 juin 2009,
sur Cyrille et Méthode –> page 2