Le Seigneur console et donne espoir

10-12-2013 source : Radio Vatican

Quand Jésus se rapproche de nous, il ouvre toujours les portes et nous donne de l’espoir, a affirmé le Pape ce matin, lors de la messe dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe. Il a répété que nous ne devons pas avoir peur de la consolation du Seigneur. Au contraire, nous devons la rechercher et la demander. Une consolation qui nous fait sentir la tendresse de Dieu.

« Consolez, consolez mon peuple ». C’est en ces termes que le Souverain Pontife a commencé son homélie, reprenant le premier verset du chapitre 40 du livre d’Isaïe, autrement appelé le Livre de la Consolation d’Israël (chapitre 40 à 55). Le Seigneur se rapproche de son peuple pour le consoler, « pour lui donner la paix », « l’espoir ». Et ce « travail de consolation » est si fort qu’il « refait toute chose ». Le Seigneur accomplit une vraie re-création. L’Église « ne se fatigue jamais de dire que celle-ci est plus merveilleuse que la création ». « C’est de cette façon qu’Il rend visite à son peuple ».

Mais si un chrétien oublie ou perd l’espoir, « sa vie n’a pas de sens ». Alors le Seigneur nous « console, et avec l’espoir, nous refait aller de l’avant ». « Et il le fait avec un rapprochement spécial à chacun, parce que le Seigneur console son peuple et console chacun d’entre nous ».

Le Seigneur nous console aussi « avec tendresse », « étant puissant, il n’a pas peur de la tendresse » : « Il se fait tendresse, il se fait enfant, il se fait petit ». Jésus le dit lui-même dans l’Évangile : « Ainsi, votre Père qui est aux cieux ne veut pas qu’un seul de ces petits soit perdu ». Aux yeux du Seigneur, a conclu le Saint-Père, « chacun de nous est très, très important. Et Lui se donne avec tendresse ». Ainsi, nous fait-il « aller de l’avant, nous donnant l’espoir ». « Cela a été le principal travail de Jésus durant les quarante jours qui séparent la Résurrection de l’Ascension : consoler les disciples ; s’en rapprocher et consoler. »

Vincent de Paul et l’Immaculée Conception

Immaculée-ConceptionSaint Vincent voit dans le mystère de l’Immaculée Conception la Vierge humble et chaste, vidée d’elle-même, pour pouvoir accueillir Dieu et se laisser remplir par Lui. Ce sont des attitudes fondamentales pour tous ceux qui veulent se vider d’eux-mêmes et se revêtir de l’esprit de Jésus-Christ :

« Il (Dieu) prévit donc que, comme il fallait que son Fils prît chair humaine par une femme, qu’il était convenable qu’il la prît par une femme digne de le recevoir, femme qui fût illustrée de grâces, vide de péchés, remplie de piété et éloignée de toutes mauvaises affections. Il se ramena donc déjà pour lors devant les yeux toutes les femmes qui devaient être et n’en trouva pas une digne de ce grand ouvrage que la très pure et très immaculée Vierge Marie. C’est pourquoi il se proposa donc de toute éternité de lui disposer ce logis, de l’orner des plus rares et dignes biens que pas une créature, afin que ce fût un temple digne de la divinité, un palais digne de son Fils. Si la prévoyance éternelle a jeté la vue si loin pour découvrir ce réceptacle de son Fils et, l’ayant découvert, l’a orné de toutes les grâces qui pouvaient embellir la créature, comme il le fit lui-même déclarer par l’ange qu’il lui envoya pour ambassadeur, à combien plus forte raison devons-nous prévoir le jour et la disposition requise à le recevoir. »

Accueillir Dieu, se remplir de Dieu, se revêtir du Christ, se vider de soi-même, comme l’Immaculée, tel est le premier événement que Vincent de Paul souligne dans la Vierge Marie.

Paix en Terre Sainte et au Proche-Orient

09-13-2012 source :Radio Vatican

Ambiance œcuménique ce lundi matin dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe au Vatican. Le Pape a en effet célébré la messe en compagnie de Mgr Ibrahim Isaac Sidrak, le patriarche d’Alexandrie des coptes catholiques, de passage à Rome pour manifester publiquement sa « communion ecclésiastique »  en célébrant avec le successeur de Pierre.

Dans son homélie, le Pape a plaidé une nouvelle fois pour que les divisions s’apaisent au Proche-Orient. Il a renouvelé sa proximité avec les chrétiens de la région qui vivent dans l’incertitude des lendemains.

« Prions avec confiance pour que la paix en Terre Sainte et dans tout le Proche-Orient puisse toujours se relever des coups d’arrêt récurrents et parfois dramatiques qui lui sont portés », a souligné le Pape, invitant à dépasser les intérêts personnels parfois obscurs, et plaidant pour que la liberté religieuse soit garantie pour tous, et que les chrétiens puissent vivre sereinement là où ils sont nés.

Le Saint Père a aussi rappelé la fuite de la Sainte Famille, qui fut généreusement accueillie en terre égyptienne, et demandé au Seigneur qu’il « veille particulièrement sur les Égyptiens pour qu’ils cherchent dignité et sécurité ».

En demandant au Pape François  sa bénédiction, le patriarche copte-catholique l’a invité à se rendre en Egypte.

diffusons-la!