La Médaille Miraculeuse et le Credo IX

Le mystère de la Rédemption du Christ et la rémission des péchés

« Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous, qui avons recours à vous ! »

(pour l’invocation seulement, voir § VI et VII)

INTRODUCTION

La guérison du paralytique (Basilique Saint-Apollinaire-le-Neuf Ravenne) | DR

Un jour que Notre-Seigneur expliquait la loi dans une maison, quatre hommes qui s’intéressaient à un paralytique apportèrent ce malade aux pieds du Maître. La maison était pleine de monde : docteurs de la Loi, pharisiens et autres gens.

Jésus-Christ voyant la confiance des porteurs et du malade dit à celui-ci : Homme, tes péchés te sont remis. Les scribes et les pharisiens se dirent alors : quel est ce blasphémateur ? Et qui, sinon Dieu seul, a le pouvoir de remettre les péchés ? Mais Jésus, connaissant leur pensée répondit : « Que dites-vous dans vos cœurs ? Eh bien ! Pour vous apprendre que le Fils de l’Homme a sur terre le pouvoir de remettre les péchés : ‘paralytique, je te le dis : lève-toi, prends ton lit et va dans ta maison’. »

Aussitôt, se levant, le paralytique prit son lit où il était étendu et s’en alla chez lui, en louant le Seigneur. A cette vue, la foule glorifiait Dieu, émerveillée de voir qu’il eût donné un tel pouvoir aux hommes. (Matthieu 9, 2-7)

  • – La rémission des péchés dans le Credo
  • – La présence de l’Esprit-Saint
  • – L’Église peut remettre tous les péchés
  • – Douceur de ce pouvoir : le mystère de la Rédemption
  • – Obligation d’en user
  • – Ô Marie conçue sans péché
  • – Priez pour nous qui avons recours à vous !

Lire la suite →

C’EST LE MOIS DE MARIE

Sculpture bois polychrome Yves Le Pape | DR

Dans le village de mon enfance, on chantait :

Cest le MOIS DE MARIE, c’est le mois le plus beau ;
à la Vierge chérie, disons un chant nouveau.

Il s’agit du joli mois de mai où la nature s’épanouit, verdoyante et toujours fleurie.

Ornons le sanctuaire de nos plus belles fleurs ;
offrons à notre Mère et nos chants et nos cœurs.

Pensons à ces statues ou à ces tableaux de Marie, environnés de fleurs dont nous désirons sentir le parfum.

Au vallon solitaire, le lis, par sa blancheur,
de cette Vierge Mère nous redit la candeur.

Cette approche poétiquement naïve n’est pas forcément en contradiction avec l’air de notre temps.

De la saison nouvelle, on vante les attraits :
Marie est bien plus belle, plus brillants sont ses traits.

Et nous pouvons rappeler, je crois, combien le monde de Dieu fait appel à nos sens.

Marie s’adresse aux humbles, à Catherine Labouré, à Bernadette Soubirous, aux enfants de La Salette, de Pontmain, de Fatima…

L’aimable violette, cherchant l’obscurité,
de la Vierge reflète la douce humilité.

Sa douce voix se fait entendre, comme une main qui caresse, qui protège et qui soulage.

Vierge, que ta main sème et fasse croître en nous
les vertus dont l’emblème à tes yeux est si doux.

Tout l’Amour est concentré au bout des doigts, comme l’évoquent les rayons de grâces sur la médaille miraculeuse : Amour à bout de sens, dans l’accompagnement du seuil de la vie jusqu’au seuil de la mort, dans la délicatesse du geste le plus simple, soutenu par la force du regard maternel qui pénètre, qui émeut et qui transporte.

La rose épanouie aux premiers feux du jour
nous rappelle, ô Marie, ton maternel amour.

Cette expérience, il faut la vivre et en témoigner encore et encore, comme le fait l’Église, et jusqu’à la fin des temps.

Fais que dans la Patrie nous chantions à jamais,
Sainte Vierge Marie, ta gloire et tes bienfaits.

Cette expérience fait partie de notre quête du sens, spirituel celui-là, dont nous sommes tous mendiants, tout autant du côté du cœur que du côté de l’intelligence. ■

Jean-Daniel Planchot

Soeur Marta WIECKA

Soeur Marta WieckaLa béatification de Sœur Marta Wiecka, Fille de la Charité de saint Vincent de Paul (1874 – 1904), a lieu à Lviv, en Ukraine ce samedi 24 mai, au cours de l’Eucharistie présidée par le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d’Etat du Vatican. L’Association de la Médaille miraculeuse s’associe à cette reconnaissance, sachant que la Soeur n’était pas sans connaître ni répandre la médaille miraculeuse, elle qui face aux difficultés de la vie recourait à Marie, car « Marie ne lui refusait jamais rien. »

En Ukraine, au cimetière de Sniatyn, une tombe toujours décorée de fleurs, de lumières et de tissus brodés – selon la tradition du pays – attire de nombreux croyants. Catholiques, orthodoxes, juifs… Ils sont tous convaincus que la Soeur qui est enterrée là, depuis cent ans, est une sainte : ils l’appellent Matuska « Bonne maman» et viennent lui confier leurs soucis quotidiens, persuadés qu’elle s’en occupera près de Dieu comme elle le faisait lorsqu’elle était parmi eux. Dimanche, à Sniatyn, une prière œcuménique aura lieu devant la tombe de Sœur Marta Wiecka, suivie par une messe d’action de grâce.

diffusons-la!