Dans les flammes de Notre-Dame, l’Église prie

Notre-Dame brûle
Notre-Dame brûle

Est-ce un sévère avertissement du Ciel devant la foi chrétienne qui disparaît dans notre pays ? Notre-Dame brûle, Notre-Dame disparaît, Notre-Dame tire sa révérence, comme si nous n’en avions plus besoin. Le beau symbole de la foi construit par nos ancêtres part en fumée. La charpente de l’édifice n’existe plus. La charpente de l’église cathédrale a rejoint les enfers. Satan, l’Ange des Lumières exulte avec ses parangons.

Et nous  ? Notre cœur de chrétiens saigne. Il est profondément blessé comme s’il devait accompagner encore plus profondément Jésus en sa semaine Sainte qui conduit à sa Passion,  à sa mort, aux enfers et à sa… N’exprimons pas le terme : il est pour les chrétiens croyants et priants avec Notre Dame, la Sainte Mère, au Cénacle.

Symbolique, prophétique le texte du saint Pape Paul VI, publié ici sur ce site le 12 avril. Relisons-en un extrait :

D’où venez-vous ? Qu’il nous soit permis de poser une question dont l’intention n’est certes pas de méconnaître la parenté spirituelle, mystique et réelle, de votre heureuse appartenance à l’Église de Dieu, à notre commune famille du Christ au sein de laquelle nous vivons et même pour laquelle, Frères et Sœurs voués à l’Église, votre témoignage exemplaire rayonne lumineusement.

C’est une question qui reconnaît la réalité profane de la société, dans laquelle nous sommes tous immergés et qui, en certaines de ses expressions, non seulement s’est distinguée de l’Église, mais s’est également séparée d’elle, a déclaré pouvoir se suffire à elle-même et, même parfois, a démontré, par certaines affirmations, qu’elle lui était hostile, ennemie.

Ces affirmations, nous les connaissons trop bien pour ne pas en avoir gardé le souvenir imprimé dans nos âmes; un souvenir agressif et radical qui se prononce comme une contestation sans réplique: l’Église pourquoi ?

Une mentalité laïque, aveugle, intransigeante et harcelante : l’Église n’est-elle pas superflue aujourd’hui ? N’est-elle pas un résidu inutile désormais pour l’homme moderne ? Son bagage de civilisation n’est-il pas archaïque, dépassé, encombrant pour la civilisation des temps nouveaux ?

Lorsque vous entrez dans cette maison où la voix des siècles passés semble couvrir celle du siècle présent, partagez-vous, cette psychologie, ce sentiment d’être en dehors, qui, certes, n’empêche pas cette curiosité de l’étranger, du touriste, de l’observateur amusé mais passager, indifférent au fond, au monde religieux qui, ici, n’est pas seulement représenté, mais bien vivant: c’est-à-dire l’Église victorieuse dans le temps ?

Est-il peut-être importun, le discours que nous faisons ici ? Non, il n’est pas irrévérencieux et encore moins superflu ! Nous voudrions stimuler votre attention, certainement stupéfaite et pleine d’admiration devant le complexe monumental, artistique, historique et surtout religieux où vous vous trouvez en ce moment.

Suite du texte de saint Paul VI : l’Église, qu’est-ce qu’elle est ? Qu’est-ce qu’elle fait ? … ELLE PRIE, d’abord.