LA LUMIÈRE DU THABOR

Transfiguration du Seigneur cathédrale grecque orthodoxe BeyrouthLa Transfiguration du Seigneur «jette une lumière éblouissante sur notre vie quotidienne et nous invite à tourner notre pensée vers le destin immortel qu’en lui-même le fait recouvre.» (Paul VI, tout dernier message)

Sur la cime du Thabor, le Christ dévoile la splendeur de sa divinité, et se manifeste aux témoins choisis tel qu’il est réellement :
le Fils de Dieu, «reflet resplendissant de la gloire du Père et expression parfaite de son être.» (Hébreux 1, 3).

Jésus ainsi vient donner sens à tout l’Ancien Testament avec la présence d’Élie, le prophète, et de Moïse, la loi. Du Mont Sinaï au Mont Thabor, du Mont des Oliviers au Mont du Calvaire en passant par le Discours sur la Montagne, voilà les lieux choisis par le Seigneur pour ses révélations, traits d’union entre ciel et terre, signes de l’alliance entre Dieu et les humains.

Avec Pierre, Jacques et Jean sur le Mont Thabor, contemplons le Christ transfiguré, révélant sur son visage d’homme «la gloire» divine qui est en lui (Matthieu 17, 1-9). C’est la première révélation de la gloire dans laquelle Jésus entrera visiblement par sa Résurrection et son Ascension.

Lire la suite →

Défendre la Vierge Marie ?

« J’entends murmurer que la Sainte Vierge a besoin d’être, aujourd’hui, défendue ! Je ne veux pas le croire. On exagère si facilement. Défendre Celle que saint Bernard a chantée. Celle qui a donné son Nom à toutes nos cathédrales, qui empoigna Péguy par la main et l’emmena à Chartres, qui apparut à cette pauvre Bernadette, là même où, depuis un siècle, des millions d’âmes ont retrouvé la paix ! Défendre la Vierge Marie contre qui, Seigneur ? contre quoi ? Un seul prêtre au monde pourrait-il l’aimer moins ? J’ai là, sous mes yeux, sur mon bureau, une reproduction du tableau de la Vierge de la Communauté protestante de Taizé… Que les savants des deux Églises interrogent ensemble et surtout très humblement les Écritures. Je ne doute pas qu’au bout de cet interminable chemin ce soit Elle qui lie nos mains si longtemps désunies. »

Jean MONTAURIER, La joie d’être vrai, p. 51

LE SACRÉ COEUR DE JÉSUS

Sacré Coeur vitrail de l'église Sainte Marie-Madeleine de VendômeA l’issue de l’audience du mercredi, place Saint-Pierre, à Rome, le pape  Benoît XVI a spécialement confié les jeunes, les malades et les jeunes mariés au Cœur du Christ, dont c’est la fête en ce vendredi 19 juin.  Ce Cœur se trouve sur l’envers de la Médaille Miraculeuse avec celui de Marie. Du reste la Chapelle des Apparitions, 140 rue du Bac à Paris, avait été dédiée auparavant au Sacré Cœur de Jésus, le 6 août 1815.

« La solennité du Cœur très Sacré de Jésus, a expliqué le pape, est la fête où nous glorifions de façon spéciale l’amour de Dieu » et « le Sacré Cœur de Jésus est le symbole de l’amour de Jésus pour le Père mais aussi de son amour pour chacun de nous ».

Il a aussi annoncé qu’en ce jour, lors des secondes vêpres du Sacré Cœur, s’ouvre l’année sacerdotale, à l’occasion du 150e anniversaire de la mort du saint curé d’Ars, Jean-Marie Vianney : c’est aussi la journée mondiale pour la sanctification des prêtres.

voir http://www.spiritualite-chretienne.com/s_coeur/intro.html sur le Sacré Cœur


diffusons-la!