infos

  • Les trois premières conférences sur « La médaille miraculeuse et le credo » sont disponibles.
  • Nous invitons les associés de la Médaille Miraculeuse à s’unir à la prière de Joseph qui vient d’être ordonné prêtre pour l’Église de Chine en la Chapelle des Lazaristes, rue de Sèvres, à Paris. Il a désiré l’être le 8 décembre, en la fête de l’Immaculée Conception, pour se confier à la protection puissante de la Sainte Mère de Dieu.

Sr Lindalva JUSTO DE OLIVEIRA

Soeur Lindalva Justo de Oliveira, Fille de la Charité
Soeur Lindalva Justo de Oliveira, Fille de la Charité

Chers associés de la médaille miraculeuse, Soeur Lindalva Justo de Oliveira, Fille de la Charité, a été béatifiée ce dimanche 2 décembre à Salvador Bahia au Brésil.

Née le 20 octobre 1953, elle fut envoyée, à l’issue de son Séminaire (noviciat), à l’Abri Dom Pedro II à Salvador (Brésil). Elle y reçut la responsabilité de la section masculine, avec 40 personnes âgées qu’elle servit avec un particulier dévouement.

Le 9 avril 1993, après avoir participé à une démarche pénitentielle le Vendredi saint, elle fut brutalement assassinée par un des pensionnaires de ce service pour avoir défendu sa dignité de femme consacrée, unissant sa vie à celle du Christ, premier martyr.

Lire la suite →

La médaille miraculeuse et le credo III

La Croix douloureuse

Signe de souffrance, de mort et de descente aux enfers ; « Stabat Mater dolorosa »

La Croix et le M

Stabat mater dolorosa Médiathèque de Valence | DRNous célébrons la manifestation de la médaille miraculeuse, sa révélation du 27 novembre 1830 à Sœur Catherine Labouré. L’apparition comporte une face cachée, sur laquelle paraît la croix. Et au pied de la Croix douloureuse qui deviendra la Croix glorieuse, après le grand cri de Jésus qui a secoué toute la terre, au pied de la Croix se tient Marie. Elle pleure, mais elle est déjà la Femme forte et toute miséricordieuse qui console Jean, le fils confié ; et elle console trois femmes : sa propre sœur, Marie la femme de Cléophas, et Marie-Madeleine la pécheresse pardonnée.

Ôtez le soleil, que devient l’aurore ou le crépuscule ? Ôtez Dieu, Marie n’est plus. L’aurore en est-elle moins réellement une beauté ravissante ? De même, je demande si, pour tenir tout son être de la pure libéralité de Dieu, Marie en est moins grande, moins digne d’un culte n’ayant au-dessus de lui que l’adoration due au Maître Souverain ? Que respectez-vous, après Dieu, si vous n’honorez pas Marie ? Qui, après lui, invoquerez-vous ? quel pouvoir ? quel cœur aussi dévoué ? Folie de ceux qui ne comprennent pas le bienfait que la Providence nous a donné en Marie. Vérité, justice, bonheur de sa dévotion. Aimons, prions, imitons-la ! Lire la suite →

diffusons-la!